Histoire d'Alexandre le Grand, Volume 3

Capa
C. L. F. Panckoucke, 1834 - 444 páginas
0 Críticas
As críticas não são validadas, mas a Google verifica a existência de conteúdo falso e remove-o quando é identificado
 

Opinião das pessoas - Escrever uma crítica

Não foram encontradas quaisquer críticas nos locais habituais.

Páginas seleccionadas

Outras edições - Ver tudo

Passagens conhecidas

Página 412 - Philippum ultus erat; jam m omnes fere amicos benignitas ; erga milites benevolentia; consilium par magnitudini animi, et quantam vix poterat aetas ejus capere, solertia; modus immodicarum cupiditatum; Veneris intra naturale desiderium usus, nee ulla nisi ex permisso voluptas, ingen1es profecto dotes erant. Illa fortunae : diis aequare se, et cœlestes honores accersere...
Página 94 - ... qui te gloriaris ad latrones persequendos venire, omnium gentium, quas adisti, latro es. Lydiam cepisti, Syriam occupasti, Persidem tenes, Bactrianos habes in potestate, Indos petisti: iam etiam ad pécora nostra avaras et insatiabiles manus porrigis.
Página 135 - Une soule parole accompagna cet ordre , c'est que Clitus, s'il eût dit quelques mots de plus, allait sans doute lui reprocher la vie qu'il lui avait sauvée : plus d'une fois, en effet, il s'en était vanté avec orgueil. Comme il tardait encore à se lever, ceux qui étaient qui proximi ei cubuerant, injectis manibus jurgantes monentesque conabantur abducere. Clitus, quum abstraheretur, ad pristinam violeutiam ira quoque adject;i, suo pectore tergum illius cssedefensum; nunc postquam tanti meriti...
Página 289 - Déjà il s'était dépouillé de ses vêtemens , et allait s'élancer dans le fleuve; ses amis nageaient non loin de là pour le recevoir; mais le danger était également menaçant, soit qu'il se jetât à la nage, soit qu'il continuât à rester sur le navire. Les rameurs redoublèrent donc d'efforts , et tout ce que le bras de l'homme a de force fut employé à rompre les vagues qui se précipitaient de toutes parts. On eût dit que les eaux étaient déchirées sous leurs coups , et que les...
Página 310 - Victor utriusque regionis post nonum regni mei , post vigesimum atque octavum aetatis annum , videorne vobis in excolenda gloria , cui me uni devovi , posse cessare ? Ego vero non deero , et ubicumque pugnabo , in theatro terrarum orbis esse me credam. Dabo nobilitatem ignobilibus" locis : aperiam cunctis gentibus terras, quas natura longe submoverat.
Página 248 - Pori, interemptum esse credens, jussit, et qui detraherent loricam vestemque, concurrere, quum bellua dominum tueri et spoliantes coepit appetere levatumque corpus ejus rursus dorso suo imponere. Ergo telis undique obruitur, confossoque eo in vehiculum Porus imponitur.
Página 97 - Si tu es un dieu, tu dois faire du bien aux mortels, et non « pas leur ravir ce qu'ils ont; si tu n'es qu'un homme, songe «toujours à ce que tu es. Ceux que tu laisseras en paix seront « véritablement tes amis, parce que les plus fermes amitiés sont « entre les personnes égales ; et ceux-là sont estimés égaux qui « n'ont point éprouvé leurs forces l'un contre l'autre.
Página 198 - Indiam nives obruant, rursusque ubi cetera rigent, illic intolerandus aestus existat; nee cur, ulli se naturae causa ingessit. Mare certe, quo alluitur, ne colore quidem abhorret a ceteris : ab Erythra rege inditum est nomen, propter quod ignari rubere aquas credunt.
Página 289 - On les poussait contre des peuplades indomptées, et leur sang allait couler pour ouvrir à leur roi une route vers l'Océan, entraînés par delà le cours des astres et du soleil ; ils allaient se perdre dans des pays dont la nature avait dérobé la vue aux yeux des humains ; avec de nouvelles armes, c'était toujours pour eux de nouveaux ennemis.
Página 92 - Ab Europa petis Asiam, ex Asia transis in Europam : deinde, si humanum genus omne superaveris, cum silvis et nivibus et fluminibus ferisque bestiis gesturus es bellum.

Informação bibliográfica