Imagens das páginas
PDF
ePub

gnore pas que les Dieux ne s'expliquent jamais qu'avec beaucoup d'obscurité : fans doute, ce n'est que pour tromper la curiosité des foibles mortels qui veulent pénétrer trop avant dans l'avenir, dont eux seuls sont les dépositaires. II est de la prudence & de la sagesse de se soumettre à leurs decrets , fans chercher à en pénétrer le fens^ qu'ils nous cachent toujours par des réponses ambiguës, auxquelles il est facile de donner plusieurs interprétations. Pardonnez, Seigneur, à mon zele la hardiefle de mes réflexions , mais j'obéis aux ordres de votre Majesté en ne lui dissimulant aucune de mes pensées.

II est vrai que ces réflexions étoient d'un homme sage 6C prudent.Sonames'y déployois, & l'on y lifoit l'intérêt qu'il prenoit à la tranquillité &. au repos de íon Maître. Mais , que ne peut l'opinion & ie préjugé ? Ni le Roi, ni la Reine ne voulurent profiter des sages avis de leur Ministre. La réponse de l'Oracle fut examinée en plein Conseil , on en tira plusieurs conséquences sinistres qui augmenterent la douleur que le Roi avoit de ne pouvoir deviner le sens de cette prédiction; on fut longtems à se déterminer íur le parti qu'on devoit prendre: mais une seconde groílèíle de la Reine décida le sart de la

[ocr errors]
[ocr errors]

tous les hommes de ses Etats.

Comme c'étoit la meilleure Princeíle du monde , l'amour qu'elle avoit pour ses Sujets 6c le desir de les rendre parfaitement heureux, lui firent convoquer une Assemblée générale de toute la Noblesse, je veux dire en femmes, car pour les hommes ils en furent exclus. Ce fut dans cette Aílèmblée que plusieurs questions furent agitées fur les avantages qu'on pou voit retirer de la société , cn les comparant aux maux qui résultoient tous les jours de cette même société. Après bien des séances où chacune dit son avis, que je ne rapporterai point parce que je n'ai pas été appelle à ce Conseil,

« AnteriorContinuar »