Imagens das páginas
PDF
ePub

dans la solitude, pour avoir Je tems de débrouiller ses idées. Ses réflexions dictées par l'ennui lui donnerent un air de mélancolie, qui inquiéta beaucoupla Reine Sc toute laCour; Céliane fur-tout, jeune Princefle parente de Tramarine , & qui l'avoit accompagnée y en rut fort alarmée.

Cependant l'amour, qui est une des passions dont les ressorts font les plus étendus, ôC qui cause le plus de troubles , devoit être banni pour toujours d'un Royaume habité par un même sexe. On n'y voyoit plus de ces Agréables du jour , qui font l'amuíemenc d'une Cour par leur continuel perfiíBage , occupation bien

digne de la frivolité de leur eíprit; ces galans Petits-Maîtres avec leurs tons emmiellés, dont les différentes inflexions de la voix paroiíTent d'accord avec leurs gestes, ôc chargés de mille brinborions, souvent parés de mouches , de rouge & de bouquets , peuvent faire assaut de charmes avec les femmes les plus coquettes : tous ces Adonis étoient proícrits des Etats de Pentaphile. Quel dommage ! Je douté néanmoins qu'on y perdît beaucoup. Mais laiílòns les reflexions pour passer à des choses plus intéressantes.

CHAPITRE II.

Voyage de la Princejfe Tramarïne à la fontaine de Pallas.

Dés que Tramarine fut entrée dans fa quinzieme année, on'lui fit fa Maison. Célianc sut nommée pour être sa premiere Dame d'honneur; c'étoit une personne d'un esprit vif& brillant, ôc, comme je l'ai dit, parente de la Princesse du côté de la Reine Cliceria.Tramarinel'aimoit beaucoup, elle lui avoit accordé, toute sa confiance; il est vrai que personne n'en étoit plus

digne, par son mérite , son zele 8t son attachement.

La Reine jugeant alors la Princeíle aísez formée pour íoutenir la neuvaine prescrite par les Loix, fit aílembler son Conseil pour ordonner les bains que Tramarine ne pouvoic se diípenser de prendre à la fontaine miraculeuse j elle voulut que ce voyage se fît avec toute la pompe &. la magnificence convenables' à une Princeíle destinée à remplir le Trône de Castora. Quatre mille Amazones furent commandées pour eícorter lajeune Princeíse , & les Dames les plus qualifiées briguerent à l'envi l'honneur de l'accompagner : chacune s'empreíla

à lui faire la cour, n'ignorant pas qu'elle devoit régner immédiatement après avoir donne des preuves de fa fécondité; faveur qu'elles ne doutoient pas que la DéeíTc ne lui accordât.

Lorsque la Princesse fut arrivée au Temple, les Prêtresses &. les jeunes filles consacrées au culte de la Déesse vinrent au devant d'elle, & , après l'avoir reçue des mains de fes Dames d'honneur, elles l'introduiíirent dans l'enceinte du Temple aux sons de mille instrumens. Tramarine présenta alors à la Déeílè Pallas des offrandes dignes du rang qui l'attendoit; elle fit ensuite ses prieres suivant le rit accoutu

« AnteriorContinuar »