Imagens das páginas
PDF
ePub
[ocr errors]

La .Paysanne Philosophe, 4. volumes. La Voix de la Nature, "s vol. Voyages de^Mylord Céton, 7 vol. Nipole de Beauvais > z voL

LES ONDINS,

CONTE MORAL.

^PREMIERE PARTIE. S m

|ÇHAPITRE PREMIER.

In Troductíon. Naissance de Tramarìne.

La Lydie qui contient une partie de l'Afrique, fut autre/. Part. \ A

fois gouvernée par Ophtes , Prince belliqueux. Plusieurs guerres lui furent suscitées par difFérens petits Souverains , jaloux de l'étendue de ses Etats. Ce Monarque les combattit tous , remporta successivement sur eux des victoires complettes, & les rendit enfin Tributaires de son Royaume. Après avoir pacifié les troubles que ces Princes excitoient depuis nombre d'années, ce Monarque ne songea plus qu'à faire jouir ses Peuples d'une paix qui de voit ramener l'abondance & ^tranquillité dans íon Royaume; mais pour la cimenter de plus en plus, ses Ministres lui proposerent une aHiance avec le Roi de Galata, en épousant la Princeílè Cliceria , fille de ce Monarque. Ophtes se prêta volontiers à leurs vues; il fut charmé de la beauté de Cliceria dont on lui fit voir le portrait : des Ambassadeurs furent envoyés au Roi de Galata, ils etoient chargés de propoíer Je mariage de la Princefle avec le Roi de Lydie : des propositions ausii avantageuses furent acceptées avec joie; on se hâta d'en signer les articles de part & d'autre, & ce mariage ne íuc différé que le rems qu'il falloir pour en faire les préparatifs, avec la pompe 5c la magnificence qu'il convient d'employer dans ces sortes de Fê~

La Princeíse Cliceria entroit à peine dans sa quinzieme année ; elle étoit douée d'un esprit supérieur à toutes les femmes, & d'une beauté ra-, vissante ; elle fut reçue du Roi, son époux, avec toute la fomptuofité & la galanterie qu'bn peut attendre d'un grand Monarque, fur-tout lorsque l'amour fe trouve joint aux raisons de PEtat. Pendant plus d'un mois les jours furent marqués par de nouvelles Fêtes. JLe Roi, quoique déja d'un certain âge, fe plaifoit beaucoup aux Divertissemensde fa Cour; d'ailkurs il vouloit, par cette

à la Reine, ainsi qu'aux Princes & Princesses qui l'avoient

[graphic]

laisance, faire connoître

« AnteriorContinuar »