Imagens das páginas
PDF
ePub

brillants, traîné par des Hirondelles; la Folie , habillée en Coureur , les devançoit. La Reine qui craignoit quelque maléfice de leur part, s'avança au devant d'elles , pour leur faire des excuses de ce qu'on ne les avoit point invitées des premieres. Sa Majesté en rejetta la faute fur la Chanceliere. Les autres étant arrivées , on les fit entrer dans l'appartement de la Princesse: Légere , Pétulante , Minutie & Bagatelle, commence-, rent par s'emparer des quatre colonnes du lit, quoique cet honneur ne fut du qu'à la Fée Bonine & aux premieres Dames de la Cour. Mais ce n'étoit pas le moment de difeu

ter leurs droits : Lucine s'érant approchée de la jeune Princeíse, n'eut pas plutôt reçu I'enfant, que Pétulante 6c Légere s'écrierent toutes deux à la fois , que Tramarine avoit enfreint les Loix de l'Etat. Camagnole & Bonine quifne pouvoient le croire , prirent chacune leurs grandes lunettes pour le visiter; mais ne pouvant dissimuler le sexe de I'enfant, la Fée Camagnole aísura la Reine qu'elle se chargeroit de l'éducation de ce Prince , &: qu'elle n'en fût point inquiette. Heureusement que Bonine , quoique fâchée d'avoir été prévenue par Camagnole , commença par douer cc Prince de sageíse, de science, de valeur 6c de prudence: les autres Magiciennes le douerent , à leur tour, suivant leur génie; mais elles ne purent détruire les bonnes qualités dont Bonine Tavoit doué. Cette Fée étoit la meilleure . & U plus prudente de toutes les Magiciennes, jamais elle . n'employoir son Art que pour faire des heureux, ...

Bonine remarqua la . douleur de la Reine, qui paroiílòit déíeípérée qu'un pareil accident fût arrivé à Tramarine, le^ regardant comme le plus sanglant affront qu'on pût raire contre son autorité. S. M. ne pouvant imaginer que la jeune Princeílè eût pû seule former un tel attentat, elle fit paíser Bonine dans son cabinet pour tâcher, d'en découvrir les auteurs. La Fée fut d'avis qu'on prévînt d'abord les Magiciennes , seules témoins de ce malheur, afin de les engager à garder un secret qu'il seroit ensuite trçs-sacile de cacher à toute la Cour, en déclarant simplement que la Princeíle n'étoit délivrée que d'une, môle : mais Pétulante , ennemie de Bonine , n'avoit averti Bagatelle, Minutie &c Légere , qui lui étoient dévouées en tout, que dans le deflein de la barrer dans routes ses décisions. Elles déclarerent donc qu'elles s'opposoient formellement à toutes les idées de Bonine; que Pentaphile ayant elle-même établi de nouvelles Loix, c'étoit attaquer les fóndemens de l'Etat en tolérant de pareils abus , qu'il falloit un exemple frappant, &. qu'il étoit fâcheux qu'il tombât fur la Princeíìe qui , quoique mieux instruite que lës'autres, avoit peut-être un peu trop compté fur l'impunité de son crime, par la grandeur de sa naissance , ce qui la rendoir encore plus coupable. Les fentimens des autres furent partagés; mais la pluralité opina pour PexH.

Cependant Bonine qui étoit une des plus savantes, ôc celle en qui la Reine avoit le plus de confiance , employa son éloquence pour combattre les

« AnteriorContinuar »