Imagens das páginas
PDF
ePub

qu'on n'est pas assez injuste pour m'imputer quelque chose qui puiíle être contraire à ma gloire. Pourquoi me refuser jusqu'à la soible satisfaction d'embrasser ma fille ? Cette jeune PrinCeíle dok-ellc auíïï partager ma diígrace ? Céliane gémisloit intérieurement dô Perreur où étoit Tramarine , mais elle n'oíoit encore lui déclarer ce qui occafionnoit les troubles dont la Cous étoit agitée; elle étoi( dortc con* trainte de renfermer sa douleur, afin de tâcher d'adoucir l'amertume de son cœur sans néanmoins lui donoer trop d'espérance. . ; ')

Les deux mois expirés, la Magicienne Bonifie vint trouver Tratnarine, pour l'instruirc do sort qui lui étoit destiné, à, moins que les raisons qu'elle pourroit alléguer pour ía défense ne fussent aflèz fortes pour entraîner les suffrages en fa faveur.' C'est avec bien de Jadouleur, dit Bonine, que je me vois forcée de vous annoncer le plus grand des malheurs : mais, ma chere Tramarine, ce seroit vous perdre entierement fi l'on vous les cachoit plus long-tems. En vain demandez-vous tous les jours à voir l'enfant à qui vous avez donné le jour; cet enfant n'est plus en mon pouvoir ,. las..-Fée. Camagnole s'en est emparée.; Vous n'avez néanmoins-j-ien à craindre pour ses jours, cette

Magicienne employera vainement la force de son Art, je l'ai prévenue cn empêchant qu'elle ne puiílè lui nuire. Mais, ma chere, il eût été beaucoup plus heureux pour votee repos & celui de l'Etat, que cet enfant sûr mort avant d'avoir vu la lumiere. Comment avec l'efprit & la raison qui s'est toujours fait remarquer en vous, comment, disìe, après avoir enfreint les Loix de cet Empire , avezrous eu encore la témérité de vous exposer à toutes leurs rigueurs ? Vous, ma chere , qui deviez être l'exemple de tout ce Royaume , faut-il que vous en deveniez le scandale par votre imprudence ? Un peu

plus de confiance en moi vous eût peut-être sauvée : vous n'ignorez pas le pouvoir que j'ai fur l'esprit de la Reine, jel'aurois empêchée de convoquer l'Assemblée des Magiciennes; restée feule auprès de vous avec Lucine , il nous eût éré facile de déguiser le sexe de votre enfant. Que me voulezvous dire , reprit Tramarine , en interrompant la Magicienoie avec des yeux pleins de courroux ? A quoi tendent vos discours injurieux ? Avez-vous oublié qui je fuis, & ce que l'on doit à mon rang?Moi , enfreindre les Loix ! Quelle raison a-t-on de m'en accuser? Princesse, reprit la Fée d'un ton íevere, est-ce à moi que

ce discours s'adreílè ? Vous ignorez fans doute juíqu'où s'étend mon pouvoir; mais, pour vous punir de votre témérité, je me retire &: vous abandonne; d'autres que "moi --''vous instruiront de votre fort* II fut heureux pour Tramarine que Céliane se trouvât présente à cette conversation. Quoi, Madame, dit-elle à Boni ne ! Vous qui êtes la bonté même, auriez-vous la cruauté d'abandonner la Princeíse? Lom de vous fâcher de sa vivacité , vous devez plutôt en tirer des conséquences favorables à son innocence : convenez du moins qu'il est bien humiliant pour une jeune Princeíse, dont la conduite a tow

« AnteriorContinuar »