Imagens das páginas
PDF
ePub

du discours de la Charîceliere j qui sut trouvé digne de l'éloquence de Démosthène ou de Cicéron : elle ramena enfin toutes les voix à son sentiment. Comme les moyens que la Princeíle avoit employés pour fa défense avoient trans piré, les Amazones qui au moient beaucoup Tramarine, étoient prêtes à se soulever. Déja elles' s'aílèmbloicnt dans les Places; elles vinrent même en tumulte jusqu'au Palais pour demander la Princeíse , & en même tems qu'on établît la force de l'imaginatiûrr. Mais la Chanceliere , toujours plus ferme dans ses résolutions, fut d'avis de ne point céder à des peuples mutinés; elle conseilla à la Reine de leur fáipç sentir tout le poids de fpa indigratiòn , en punissant sévèrement celles qui avoient contribué, par leurs discours séditieux , à répandre le trouble dans, la Ville. L,es Magiciennes, dévouées à la Chanceliere , furent de son avis; Sc la Reine entraînée , pour ainsi dire, par le torrent , se crut obligée de donner un Arrêt, par lequel elle déclaroit que íà volonté suprême étoit que les Loix euílent leur entier accompliílement , ôc que toutes ses Sujettes seroiem; tenues , fous les peines ci -: devant énoncées, de visiter du moisis une fois l'année le Temple de la Déesse Pallas, d'y prendre

les bains salutaires à la 'population , défendant en outre à telic personne quelconque d'employer en aucune façon la force de l'imagination ; condamne en conséquence la Princesse Tramarine à être reléguée dans la Tour-des-Regrets , fera néanmoins , par adoucissement, son exil limité à vingt ans.

Un Jugement auífi rigoureux , prononcé contre une Princeílè du íang de Pentaphile , fit trembler ce peuple d'Amazones, mais ne put les empêcher de murmurer contre une sévérité auífi rigoureuíe. Cette Tour-des-Regrets étoit connué pour un lieu épouvantable, rempli de monstres afFreux qui en défendoient l'entrée; ainsi, malgré le pouvoir que la Fée Bonine avoit fur lesprit de la Reine , la Chanceliere sit agir tanc de brigues , qu'elle l'emporta íur elle dans eette occasion, ôc, fous le vain prétexte du biendel'Etat, elle eut le secret d'éloigner de Ja Cour une jeune Princesse que son rang appelloit au Trône , dans la crainte que si elle y fût montée, elle ne lui eût donné aucune partau Gouvernement; &, pour empêcher la sédition , elle fit rassembler les vieilles Troupes, & les répandit dans tous les quartiers de la Ville afin de maintenir les Peuples. Bonine se chargea d'annoncer cette triste nouvelle à la Prin

ceílè, qui Ja reçut avec beaucoup de constance, 5c marqua, dans cette occafíon,que Ja grandeur de son ame étoit au-deffùs de l'adversité; son cœur, semblable à un rocher où les flots viennent se briser pendant ia tempête , n'en fut point abattu; elle entendit tranquillement l'Arrêt foudroyant que ses ennemies venoient de prononcer contre elle.

« AnteriorContinuar »