Imagens das páginas
PDF
ePub

CHAPITRE IV.

Départ de Tramarine pour la. Tour- des-Regrets.

Ï)e tontes les femmes qui' étoient au service de Tramarine , la íeule Céliane resta fidelie : ce qui fit voir à cette Princesse que les démonstrations d'attachement & de dévouement qu'on avoit toujours montrées pour son service, ne pouvoient tenir contre ses disgraces elle éprouva, dans« cette rencontre, ce que peut l'ingratitude des personnes que le seul intérêt attache auprès des Grands. Toujours prêtes à

suivre les heureux,elles vous oublient dès que la fortune vous devient contraire; c'est pourquoi on doit porter le flambeau, de la vérité au fond de la ca« verne, pour apprendre à discerner les motifs subtils qui se cachent ôc íe dérobent sous cêux de la candeur , & souffler , pour ainsi dire , sur le fantôme sublime qui se présente , afin d'en écarter le monstre affreux qui masque íouvent les Mortels.

Tramarine envoya Céliane vers la Reine, pour lui demander une audience particuliere; mais elle eut encore la cruauté de la lui refuíer. Tramarine, se voyant privée de i'espérance qu'elle a voit conçue de fléchir la Reine, engagea de nouveau Céliane d'y retourner, pour la íupplier de ne lui point imputer une faute dont elle ne pouvoit s'avouer coupable; de se reísouvenir qu'elle n'avoit jamais manqué à la soumission qu'elle devoit aux ordres de ía Majesté; qu'elle fe ílarte qu'elle lui permettra au moins, pour adoucir son exil, d'emmener l'enfaot dont la naiílance venoit de causer son malheur; que ne pouvant être élevé à la Cour de sa Majesté, sa destinée devoit lui être indifférente; que ce seroit pour elle la plus grande consolation qu'elle pue rtìceyioír , de. pouvoir inspirer à íon fils le respect; & la vénération qu'elle n'avoit jamais

eessé cefle d'avoir pour les vertus &c les éminentes qualités qui brilloient dans fa Majesté ; qu'elle osoit eípérer de sa clémence qu'elle voudroit bien lui accorder, cette derniere grace , eomme une faveur dont elle feroit route fa vie la plus reconnoiííante. La Reine répondit à Çéliane que Tramarine ne devoit pas ignorer que le Prince son fils étoit au pouvoir de la Magicienne Camagnole, St qu'il étoit impoíîible de l'en retirer qu'il n'eût rempli fa destinée; qu'elle pouvoit néanmoins aísurer la Princeíse que ce n'é< toit qu'avec regret qu'elle s'étoit vue contrainte de céder à la force de la Loi , & qu'elle lui ordonnoit de íe disposer à parLParu D

tir le lendemain au lever de l'Aurore.

Tramarine fut sensiblement touchée d'essuyer tant de rigueurs de la part de la Reine, à qui elle étoit véritablement attachée non-seulement par les liens du sang, mais encore par eeux de la plus tendre amitié. Mais que ne peut la séduction ? Ne diroit-on pas qu'elle couvre d'un voile épais les plus brillantes lumieres de la raison, & que fermant les yeux sur ce qui pourroit l'éclairer, tous ses mouvemens sont en rond comme ceux d'un cheval aveugle auquel on fait tourner la roue d'un pressoir; elle roule dans un cercle étroit , lorsqu'elle croit ranger le monde entier sous ses loix ?

« AnteriorContinuar »