Imagens das páginas
PDF
ePub

· La Fée Bonine vint, fuivant la parole qu'elle avoit donnée . à la Princesse , la prendre le lendemain pour la conduire dans son exil. Son char étoit attelé de huit Tourterelles : Tramarine & Céliane y monterent avec la Fée , & ces oiseaux fendirent aussi-tôt les airs avec une telle rapidité, que la Chanceliere qui étoit sur un balcon avec plusieurs Amazones de son parti, qui se faisoient un plaisir malin de les voir partir, les perdirent de vûe dans l'instant. Nous les laisserons se réjouir de leur triomphe pour suivre TramafIIlC. - " - - Aux approches de la Tour, la Fée qui vouloit #or 1]

l'horreur de ía vue aux Princeíles, sit élever son char audeísus des nues , qui vint ensuite se rabattre dans une trèsgrande cour, où parurent douze JOemaiseiles vêtues, de verd, qal, ap-rè^avoir aidé aux Princeíses a e;n descendre, les conduiíirent dans -un sallon superbe, dans. lequel étoit un riche dais deítiné pour la Princeíle. Tramarine. Alors se fit entendre une Muíique dont les accords, étoienr délicieux. Tramarine surprise d'une pareille réception ,, se sentit penétrée des nouvelles obligations qu'elle avoic à Bonine.

Le Concert fini, elle descendit de son Trône pour paíler dans une autre Piéce où elle

i *

-fut servie de mêtsjes plus délicats. La fée,, en se mettant à table entre Tramarine ÒC liane, leur demanda .si elles croyoient que le féjoqr qu'elle leur 'avoit préparé ,• fût capable d'adoucir les rigueurs de l'exil de la Princesse. Je n'ai, pu m/opposer à vorre destinée , ajouta Bonine ; mais.ee que je puis vous apprendre, c'est que vous êtes fous la puissance d'un grand Génie auquel, tout mon pouvoir doit céder> ;Je vous protégerai autant que je pourrai, les Destins vous condamnent à coucher dans la Tour: mais pour adoucir la. rigueur de vorre fort, j'ai fait élever ce Palais à côté \ les jardins que vous voyez en dépendent, 2c

quoiqee vous couchiez tous les jours dans la Tour, il vous sera facile d'en sortir au moyen d'une porte seerette que j'y ai fait ouvrir, afin que vous puissiez jouir , sans contrainte', des amusemens qu'on aura foin de vous procurer : je souhaite qu'ils puissent bannir de votre efprit cette sombre tristeíle qui s'y remarque depuis long-tems., 'J'aurois'pu vous instruire, chez la Reine de Castora, des favorables intentions que je ne cesserai d'avoir pour contribuer à votre bonheur, fi je n'avois •craint que Turbulente, qui est votre plus cruelle ennemie, ne les eût prévenues par quelque noir complot qui, malgré mon secours, vous eût encore accablée de mille maux. Tramarine remercia la Fée, eri l'aísurant d'jorte reconooiíTance sans bornes. Je reconnois, poursuivit la Princeílè, toute J'éteodue de votre pouvoir, & je m'apperçois déja que vous avez chaste l'ennui de çe séjour; car j'ai peine à me persuader que je ìôis dans cette terrible Fortereíse , dont l'idée seule me faiíbit horreur. Je vois au contraire .que j'y- fuis servie en Souveraine; & loin de regarder mon exil comme une punition, je me flatte d'y oublier auprès de vous les maux qui l'tínt précédé. Je le souhaite, dk.la Fée, & j'y apporterai tous mes ibins : suivez - moi à-présent , ía us aucune crainte 3 dans mon

« AnteriorContinuar »