Imagens das páginas
PDF
ePub

elle vous mettra à .couvert des pièges que Turbulente pourroit vous dresser , pourvu que Vqus ayez l'attention de ne jamais sortir de 1* Tour fans lavoir -fur YÓi*S.,:Riçn..nq 'vous manquera pendant mon absence , je viens de donner les ordres nécessaires pour votre sûreté & pour votre amusement; & , outre les .-douze femmes qui fonr à votfe íervice, je vous en donne encore deux aatres dans lesquelles. j'ai beaucoup de confiance , ôc qui font assez instruites dans T-^rt de Féerie , pour être en état de vous garantir des dangers imprévus que la négligence des autres pourroit occasionner : souffrez

[ocr errors]
[graphic]

CHAPITRE VJ> EnUvtmtnt de Tramarine. \,

CáLiAiurE, poctr dissiper ht rhagtitn que leur causait Je dé* part de ía Fée-, proposa à la Princeflè de descendre dans les jardins; 8c Tramarine ne voulant d'autre compagnie que Céliame , défendit à fès femmes de la ftaivre : mais les deux que la Fée lui avoit laîflees pour veiller à fa sûreté , lui représaaterent avec reípect: qu'ayant *©eu de Çonîne des ©rdres preV eis de ne la point perdre de vue» elles se pouvaient» ûam Ícontrevenir, se dispenser de accompagner toujours; mais que, pour ne la point gêner, elles vouloient bien ne la íuivre que de loin. Tramarine, forcée d'y consentir , prit l'allée'd'oraigers pour gagner le berceau couvert, & se mit sur un banc <ie gazon parsemé de mille & mille petites rieurs, où , se livrant à toute ía mélancolie , •de tristes réflexions la jetterent dans une rêverie profonde. r Géltane, voulant la distraire de cette sombre tristeíïe, se mit à ses pieds : Princesse, lui dit-elle, jé m'étois flattée qu'en éloignant vos femmes, ce n'étoit que pour soulager vos peines en m'en confiant les motifs ; mais puisque ma Pria

cesse ne m'eítime pas aílèz pour m'honorer de ía confiance , je la supplie au moins d'écouter les concerts que les Rossignols lui donnent. Tramarine, les yeux fixes sucle ruiíleau , fit très-peu d'attention au discours de Céliane, qui poursuivit ain> si : N'adrhirez-vous pas le .bonheur de' ces oiseaux dont les seuls plaisirs font lesLoix ?Pour moi jë trouve que la Nature $ en ne leur accordant que l;ihs# tinct, semble les favoriser beau* coup plus que nous. Qu'avons* nous aíFaire*de cette raison que les Dieux nous ont réservée ^ qui ne sert qu'à troubler nos plaisirs ? En vérité, la condition de ces petits animaux m'eáv chante; & l'écat d'anéantiflès

« AnteriorContinuar »