Imagens das páginas
PDF
ePub

faisoit périr ce jeune Cheva~ lier ! Voilà donc ce que produisent de vains honneurs ; on court après une chimere que la mort vous dérobe en un instant : ear ce ne peut être l'Amour qui lui faste desirer la pofleílion d'une Princesse qui , malgré sa difformité , n'aura peut être encore pour lui que des hauteurs & du mépris. Hélas , quelle fera fa destinée! Ne craignez rien pour lui, dit Verdoyant, il fera vainqueur; íes armes font invulnérables , & un Génie supérieur le pro

tége*

Le Chevalier s'avança à l'instant d'un air fier 6c intrépide au devant de la premiere porte , dont l'entrée étoit désendue par un Dragon d'une énorme groíseur. Ce Monstre avoir trois têtes qu'il fallut abattre , & leur combat dura près de quatre heures; &, quoique le Monstre eût deux de íès têtes en-bas, il eut encore la force de se lever sur ses pieds pour dévorer le Chevalier qui, loin de reculer, lui porta un coup de lance dans le flanc. C'étoit le seul endroit par où on put le faire périr , à cause des grosses écailles dont il étoit couvert: Tanimal furieux tomba , en faisant des mugiflemens qui firent trembler les montagnes &: les rochers, & la premiere porte s'ouvrit avec beaucoup de fracas. Alors le Chevalier entra dans une grande cour, où il se reposa quelque tems.

Non loin de là étoit un mont, dont le sommet affreux vomiíToit des tourbillons de flammes & de fumée , & où la Terre reluisoi.t d'une croûte jaunâtre; signe indubitable du soufre que formoient íes entrailles. Au deísus de cemonr, étoit la seconde porte, gardée par des Cavaliers de feu. Lors.que le Chevalier eut pris un moment de repos, il les combattit, & eut l'avantage de les écarter & de paíler la seconde porte; un Géant défendoit la troiíieme, mais il lui coupa les deux jambes d'un, seul revers. Cette victoire lui coûta peu : il marcha ensuite, vers la .quatrieme où étoit un

Serpent aîlé; l'animal jettoit par íes narines un venin qui infectoit l'air : ce Monstre avoit vingt coudées de Iongueur.

Le Chevalier ne put s'empêcher de frémir à íon aspect:; son cœur frissonne de crainte 8c d'horreur, il íe meut comme les eaux qu'un feu violent agite, Sc le moment déciíif le sait reculer pour un instanr. Mais, rougiísant de sa foiblesle , il ranime son courage , reprend son íabre , & s'avance vers ce Monstre qui , sifflant d'une façon terrible , fit trembler Tramarine pour les jours du Chevalier qui, après avoir montré fa valeur & l'intrépiditédeson grand cœur, conv

mence à désespérer de pouvoir vaincre ce furieux animal , &, par un mouvement de désespoir , lui lança son sabre dans î'instant que le Monstre j en ouvrant une gueule énorme , s'élançoit pour le dévorer. Le sabre lui ouvrit la gorge, & il en sortit une si grande abondance de venin, que l'air, qui en fut infecté, fit tomber le Chevalier sans connoiílànce.

Tramarine , pénétrée de douleur de eec accident, pria le Prince Verdoyant de le secourir; ce qu'il fit sans se rendre visible. Le Génie lui ôta d'abord íon casque, afin de lui faire prendre d'un'élixir merveilleux , qui ranima sa vigueur ÒL fortifia en même tems

« AnteriorContinuar »