Imagens das páginas
PDF
ePub

íon courage. Le Chevalier , en reprenant ses esprits, fut extrêmement surpris de n'appercevoir personne. A qui dois-je , dit-il, l'heureux íecours que je viens de recevoir l Sans doute qu'un Génie me protège, &c ce ne peut erre qu'à lui que je dois mes victoires; je ne puis attribuer des faveurs si marquées qu'à la protection de Pallas. .

Cet heureux Conquérant s'avança vers la cinquieme porte entourée d'un large fossé qui, par ía profondeur, présentoit un apîmç affreux dans lequel on le vit se précipiter avec un courage intrépide: mais on le vit bientôt prendre la route de la sixieme porte

gardée par des Sirènes , qui employerent les sons les plus flatteurs pour le charmer par leur agréable musique. Le Chevalier ne put d'abord résister à des accens si touchans : il s'arrête pour les écouter, déja son cœur íe livre au plaisir de les entendre, ses forces s'afFoibliílènt, & ses jambes tremblantes le soutiennent à-peine, & l'on vit Pinstant qu'il alloit perdre le fruit de tous ses travaux. Certe épreuve est la plus difficile à surmonter : mais , s'appercevant de fa foibleílè, il s'arma tout-à-coup d'un courage nouveau , & , par une inspiration singuliere , il prit son épée dans fa main , &. se jnit à les fuir avec une extrême' vitesse , & arriva enfin à Ja septieme porte défendue par un oiseau monstrueux pour la grosseur , qu'on dit être le Phénix.

Tramarine, attentive à foutes les actions du Chevalier , erut ne jamais voir la fin d'un combat aussi singulier. Cet oi-' seau ne faiíoit autre chose que de voltiger sans ceílè devant le Chevalier; il fembloit qu'il ne cherchât qu'à l'aveugler avec ses aîles ; cent fois on lui vit abattre la tête, & cent fois se reproduire d'elle-même. Le Chevalier ne comprenant rien à ce singulier animal, vit bien qu'il ne pourroit jamais le vaincre avec íts armes , & qu'il falloit employer la ruse pour

tacher de le surprendre. Après «que cet oiíeau lui eut fait faire mille & mille tours , fatigué fans doute, il vint enfin luimême se reposer sur kii, 6c il s'en saisit auili-tôr. Ce fut alors que les voûtes du Temple s'ébranierent ; la septieme porte s'ouvrit avec un fracas épouvantable , & des cris de joie se firent entendre de toutes parts.

Le Chevalier victorieux , saisi de son oiseau , traversa une grande cour, au bout de Jaquelle étoit un lac très-profond qu'il fallut encore parler à la nage afin de se purifier, sans néanmoins quitter l'oifeau, fans quoi il falloit recommencer un nouveau combat. Les eaux de ce lac formoient, par leurs ondes agitées , un bruit semblable à un torrent, qui se précipite du haut d'une montagne escarpée. Après que ce vainqueur eut subi cette derniere épreuve, il s'avança vers le Temple du Soleil. Ce Temple est environné d'un double rang de colonnes de marbre jaspe; on voit au milieu du Temple, sur un piedestal, la statue de ce Dieu, dont la tête est ornée d'une couronne faite en forme de rayons , qui font garnis d'efcarboucles.

Sous ce vaste portique que forme le double rang de colonnesquienvironnent leTenv

« AnteriorContinuar »