Imagens das páginas
PDF
ePub

tion , & à mille autres sentimens que ses vertus, fa beauté & la majesté de sa taille infpi'roient.

II est vrai qu'Amasis parut dans cette Cour comme un nouvel Astre; il femblòit que l ' Amour 6c les Graces euílènt pris plaisir à la former : une taille fine & déliée, un tour de visage admirable , des traits' fins & délicats où la íageíle , la candeur 6c la modestie étoient peintes j ce qui la rendoit encore plus belle; non qu'elle eût cet air farouche qui fait fuir les Amours & ternit la beauté , mais cette pudeur douce , innocente & enfantine, qui inspire le respect en même tems qu'elle enflamme

les desirs. La Princesse Amasis voyant tous les regards fixés fur elle , son front fe couvrit d'une rougeur divine ; elle regarde tendrement son époux, fes yeux expriment le sentiment qui l'anime, &. semblent Jui dire que ce n'est que de lui seul dont les íuffrages puissent la flatter, parce que son cœur, obéissant aux Loix du Royaume, l'avoit attachée dans l'instant à ce jeune Héros , qui lui-même paroissoit ne pouvoir être formé que par quelque Divinité.

Cependant la surprise du Roi paroiíloit extrême; il ne put néanmoins se dispenser de répondre aux Princes , qui le supplierent de vouloir bien Jeur expliquer les raisons qu'on avoir eues de ne pas donner un porrrair exact des charmes de la Princesse. Le Roi répon* dit, avec cet air de candeur qui sied si-bien à la majesté d'un Souverain , qu'à moins que les Dieux n'euflent opéré un miracle en faveur d'Amasis, il convenoit qu'il ne pouvoit reconnoîrre, dans la personne qui étoit présenre à ses yeux , que la voix de la Princeílè sa fille.

Cet aveu du Monarque ne fit qu'augmenter la confusion dans les esprits; &, comme on ne permettoit l'entrée du Temple qu'à fa JMajcsté , ce Monarque fut très - humblement supplié de rouloir bien s'y transporter avec la Reine , afin de visiter l'intérieur du Temple , d'interroger les autres Princesses, & voir fi l'on w'auroit point eu l'audace de substituer à la place de la Princesse Amasis quelque fille du Soleil.^Mais la Princeilè, surprise qu'on cherchât à répandre des soupçons fur fa naissance , íupplia le Roi son pere de vouloir bien lui permettre de se justifier. Ce n'est pas, ajouta cette Princesse, que je veuille entreprendre de détourner votre Majesté de faire le voyage qu'on lui propose; je trouve au contraire ma gloire intéressée à cette visite, afin d oter tous les soupçons qui pourroient ternir ma naií

íànce, & laiíler dans les esprits des doutes injurieux à mon époux : & si votre Majesté veut bien íe rappeller les différentes conversations dont elle m'a honorée pendant le cours de ma vie , peut-être pourrai-je la convaincre qu'il ne peut y avoir que la Princtflè. Amaíis en état de lui revéler des secrets confiés à elle feule; & , pour l'en assurer , j'ose supplier mon pere, pour' suivitclle en tombant a ses genoux, de vouloir bien m'accorder un entretien particulier. Le Roi, ému du discours de la Princesse, la releva à l'instant, & ils passerent dans son cabinet où ils resterent très-long-tems enfermés.

« AnteriorContinuar »