Imagens das páginas
PDF
ePub

secours pour la soutenir contre les poursuites de Pencanaldon , èc l'aider en même tems à supporter íes peines , fans néanmoins oser se déclarer ouvertement, dans la crainte d'irriter son pere.

Depuis long-temsPencanaldon se proposoit l'union de la Princeíle sa fille avec le Prince Corydon íon neveu , qui lui íaisoit assidûment ía cour. Mais, quoiqu'Argiliane reconnût en lui des qualités bien supérieures aux autres Princes de son sang y l'aversion qu'elle conservoit pour la dépendance lui fit toujours éloigner cette union. Dans la crainte que le Roi son pere ne voulût un jour la contraindre, elle prit la résolution de proposer au Prince le mariage de la Princeílè de Lydie, qui avoir, la réputation d'être une des plus belles Princesses de la Terre. Je vous connois les sentimens trop délicats , ajouta Argiliane , pour vous prévaloir du . pouvoir que vous vous êtes acquis fur l'efprit de mon pere. Je ne puis jamais être à vous , malgré la préférence que je vous ai toujours donnée fur vos rivaux. Si je pouvois me déterminer à faire un choix , vous seul seriez capable de le fixer; mais la résolution que .j'ai formée de passer ma vie dans l'indépendance , me détermine à vous prier de ne plus penser à notre union.

Le Prince Corydon parât anéánti par ees paroles : il ne pur y répondre que par un soupir ; & , quoiqu'il n'eût jamais ressenti une grande passion .pour Argiliane -, ['habitude qu'il s'étoir faite de la voir, de s'entretenir souvent avec elle de Science & des intérêts de l'Etat; peut-être aussi l'efpérance d'acquérir par ce mariage un des plus beaux Royaumes du monde , toutes ces 'raisons réunies lui firent souffrir impatiemment • le discours de la Princesse. II se plaignit amèrement de son indifférence , fit de tendres reproches, & employa toute 1 eloquence que peut former une ambition fondée fur des espérances que le Roi nourriílbit depuis longtems; mais s'appcrcevant enfin que rien ne pouvoit toucher le cçeur d'Argiliane, il se borna à la supplier de lui conserver son estime, ajourant qu'il mertroir. toujours Ion bonheur &c fa gloire à la mériter.

Ce fut après cette conversation que la Princeílè conseilla à Célinde de voir le Prince Corydon , de lui vanter les charmes de la Princefle de Lydie, qui devoir être à U Cour de Penraphile, Reine de Castora. Je sçais , dit Argilia-1 ne, qu'elle est d'une beauté raviílante , qu'elle a toutes les vertus dignes du Trône , &: que Pentaphtle lui destine.le sien. Vous devez ensuite i'en

gager à délivrer la Reine de Lydie, & lui dire que Tramafine sera le prix des services qu'il rendra à cette Princeílè; ajoutez-y de ma part les aílurances de régner dans la Lydie après la mort d'Ophtes , & que je promets de l'astistef de tout mon pouvoir.

La Reine me fit sça voir cette nouvelle négociation par Célinde , à qui j'ordonnai de suivre exactement les conseils d'Argiliane. Cette femme adroite n'eut pas de peine à déterminer le Prince Cory» don , qui avoit déja entendu parler plusieurs fois de la beauté & des avantages que Tramarine s'étoit acquis fur les autres femmes \ il fut char

« AnteriorContinuar »