Imagens das páginas
PDF
ePub

toit plus forcée de se dérober aux veux des curieux, offrit au Prince Je talisman qui la rendoit invisible. Corydon le reçut avec de si grands témoignages de reconnoiflance, que la Reine fut convaincue de son attachement à ses intérêts.

Le Prince muni de ce talisman , qui le mettoit à portée de se trouver par-tout sans crainte d'être découvert , &c par coníéquent de voir à toute heure la Princesse Tramarine, dont il s'étoit formé une idée des plus charmantes; ce Prince , dis je , preísa sa marche , donnant à-peine le tems à la Reine de prendre quelque repos. Arrivé à la Cour de Castora , le Prince ne jugea pas à propos d'y paroître, quoiqu'il accompagnât la Reine Cliceria dans toutes les visites qu'elle rendit à la Reine Pentaphile.

Dans la premiere entrevue de ces d-ewx Princeíles, Pentaphile parut d'abord un peu déconcertée, lorsque la Reine Oiceria demanda des nouvelles de la Princeíle Tramarine , ôc les raisons qui pouvoient lavoir empêchée de íe trouver à sa rencontre. La Reine de Castora ne put s'empêcher de montrer beaucoup de trouble à cette question; mais ne pouvant se dispeníer d'y satisfaire, elle lui fit le récit des aventures de Tramarine, òc finit parmarquer une vraie doitíeur de se trouver dans simpuiílance de lui en dire des nouvelles.

Cliceria qui ne comprenoit rien au récit qu'elle venoit d'entendre, ne pouvoit se persuader que la force^de l'imagination pût produire des effets aussi surprenans. Elle crut donc que tout ce qu'on venoit de lui raconter , n'étoit qu'une fable inventée pour la séduire , & qiae Pentaphile a voit peutêtre formé quelque Traité secret avec son ennemi , dont sa fille avoit écé le prix : elle ne voulut cependant pas faire connoître ses doutes, & se retira dans l'appartement qu'on lui avoit destiné, pour en conférer avec le Prince Corydon,

qu'elle craignoit furieusement que cette premiere disgrace n'eût rebuté, &c que , trompé dans son attente, il ne voulût abandonner son entreprise. C'est pourquoi, après s'être long-tems entretenue avec lui des aventures de Tramarine, dont il écoit à présumer qu'on nauroit jamais aucune nouvelle, elle lui dit qu'il lui reítpìt encore une jeune Princeíle qu'elle lui offroit pour remplir ses engagemens. 11 est vrai, ajouta la Reine, que j'ignore entierement son sorr;

• us i

maïs, comme elle elt entre Jes

mains de la Princesse Argiliane, je me flatte qu'il ne me íera pas difncile de la ravoir. , Corydon qui ne s'étoit attaché ché à Tramarine, que sur la réputation qu'elle s'étoit acquise d'être une des Princesses la plus accomplie qu'il y eût dans le monde, eut beaucoup . moins de peine à se résoudre â l'échange qu'on lui proposoit. Cependant il persiíta toujours dans les conseils qu'il avoit donnés à la Reine, d'employer tous les moyens imaginables pour tâcher de décobvrir le lieu que Tramarine auroit choifi pour fa retraite.'

Quoique la Reine fût trèspiquée de la conduite que Pentaphile avoit gardée, non-feulement dans l'afFaire de Tramarine , mais encore dans celle de notre malheureuse captivité dont j'éprouvois tou//, Paru G

« AnteriorContinuar »