La Piraterie Dans L'antiquité

Capa
A. Marescq aîné, 1880 - 320 páginas
 

Opinião das pessoas - Escrever uma crítica

Não foram encontradas quaisquer críticas nos locais habituais.

Outras edições - Ver tudo

Palavras e frases frequentes

Passagens conhecidas

Página 80 - Les embouchures du fleuve étaient comme un mur puissant de galères, de vaisseaux, de navires de toute sorte, garnis de la proue à la poupe de vaillants bras armés. Les soldats d'infanterie, toute l'élite de l'armée...
Página 49 - Les cités fondées plus récemment à l'époque d'une » navigation plus libre, se voyant plus riches, s'éta» blirent sur les rivages mêmes, s'environnèrent de » murs, et interceptèrent les isthmes, autant pour » l'avantage du commerce que pour se fortifier -» contre les voisins. Mais comme la piraterie fut » longtemps en vigueur, les anciennes cités tant dans » les îles que sur le continent, furent bâties loin de » la mer, car les pirates se pillaient entre eux, » n'épargnant pas...
Página 107 - Dans nos principes et dans nos actions, nous ne nous écartons ni de l'idée que les hommes ont conçue de la divinité, ni de la conduite qu'ils tiennent entre eux. Nous croyons, d'après l'opinion reçue , que les dieux , et nous savons bien clairement que les hommes, par la nécessité de la nature, dominent partout où ils ont la force. Ce n'est pas une loi que nous ayons faite ; ce n'est pas nous qui , les premiers...
Página 153 - Ce fut alors qu'arrivèrent les ambassadeurs romains. Dans l'audience qu'on leur donna , ils se plaignirent des torts que leurs marchands avaient soufferts de la part des corsaires illyriens. La reine les laissa parler sans les interrompre , affectant des airs de hauteur et de fierté. Quand ils eurent fini , sa réponse fut : qu'elle...
Página 184 - Il les traitait avec tant de mépris, que, lorsqu'il voulait dormir, il leur envoyait commander de faire silence. Il passa trentehuit jours avec eux, moins comme un prisonnier que comme un prince entouré de ses gardes. Plein d'une sécurité profonde, il jouait et faisait avec eux ses exercices, et...
Página 250 - Le nouvel ordre de choses ne déplaisait pas non plus aux provinces, qui avaient en défiance le gouvernement du sénat et du peuple, à cause des querelles des grands et de l'avarice des magistrats, et qui attendaient peu de secours des lois , impuissantes contre la force , la brigue et l'argent.
Página 155 - ... d'assiéger cette ville. L'épouvante fut grande parmi les citoyens, qui, ne se croyant pas en état de résister et de se soutenir par eux-mêmes, envoyèrent implorer l'assistance des Achéens et des Étoliens. Il s'y trouva en même temps des ambassadeurs de la part des Apolloniates et des Épidamniens, qui priaient instamment qu'on les secourût, et qu'on ne souffrît point qu'ils fussent chassés de leur pays par les Illyriens. Ces demandes furent favorablement écoutées : les Achéens...
Página 107 - ... c'est que les affaires se règlent entre les hommes par les lois de la justice, quand une égale nécessité les oblige à s'y soumettre ; mais que ceux qui l'emportent en puissance font tout c'e qui est en leur pouvoir, et que c'est aux faibles à céder.
Página 217 - H fit attacher à chaque caisse une longue corde, au bout de laquelle on mit une grande pièce de liège, afin que, si le vaisseau venait à se briser, les pièces de liège indiquassent l'endroit où les caisses seraient tombées.
Página 241 - Caprée, dans une entière oisiveté et dans la meilleure disposition d'esprit. Comme il naviguait près de la baie de Pouzzoles, les passagers et les matelots d'un navire d'Alexandrie, qui était à la rade, vinrent le saluer, vêtus de robes blanches et couronnés de fleurs. Ils brûlèrent même devant lui de l'encens et le comblèrent de louanges et de vœux pour son bonheur, en s'écriant « que c'était par lui qu'ils vivaient , à lui qu'ils devaient la liberté de la navigation et tous leurs...

Informação bibliográfica