Dictionnaire de philosophie catholique, 3

Capa
J.-P. Migne, 1864
 

Páginas seleccionadas

Outras edições - Ver tudo

Palavras e frases frequentes

Passagens conhecidas

Página 645 - C'est dans le contre-poids des biens opposés que la liberté s'exerce. VII. Otez cette liberté, toute la vie humaine est renversée, et il n'ya plus aucune trace d'ordre dans la société. Si les hommes ne sont pas libres dans ce qu'ils font de bien et de mal , le bien n'est plus bien, et le mal n'est plus mal. Si une nécessité inévitable et invincible nous...
Página 281 - Mais il ya une autre voie moins parfaite , et qui est proportionnée aux hommes les plus médiocres. Les hommes les moins exercés au raisonnement , et les plus attachés aux préjugés sensibles , peuvent , d'un seul regard, découvrir celui qui se peint dans tous ses ouvrages.
Página 707 - Où est cette raison parfaite, qui est si près de moi et si différente de moi? Où est-elle? Il faut qu'elle soit quelque chose de réel ; car le néant ne peut être parfait, ni perfectionner les natures imparfaites? Où est-elle, cette raison suprême? N'est-elle pas le Dieu que je cherche?
Página 709 - Elles ont le caractère de la Divinité; car elles sont universelles et immuables comme Dieu. Elles subsistent très-réellement, selon un principe que nous avons déjà posé: rien n'existe tant que ce qui est universel et immuable. Si ce qui est changeant, passager et emprunté, existe véritablement, à plus forte raison ce qui ne peut changer et qui est nécessaire.
Página 101 - Je ne suis pas , ô mon Dieu , ce qui est : hélas ! je suis presque ce qui n'est pas. Je me vois comme un milieu incompréhensible entre le néant et l'être : je suis celui qui a été; je suis celui qui sera ; je suis celui qui n'est plus ce qu'il a été ; je suis celui qui n'est pas encore ce qu'il sera ; et dans cet entre-deux que suis-je?
Página 135 - Mais aussitôt après je pris garde que, pendant que je voulais ainsi penser que tout était faux, il fallait nécessairement que moi qui le pensais fusse quelque chose ; et remarquant que cette vérité : je pense, donc je suis...
Página 197 - Toujours prêt à servir la patrie, à protéger le faible, à remplir les devoirs les plus dangereux et à défendre en toute rencontre juste et honnête ce qui lui est cher au prix de son sang, il met dans ses démarches cette inébranlable fermeté qu'on n'a point sans le vrai courage.
Página 285 - ... d'abord un défaut , se tourne en ornement et en utilité. Les montagnes se sont élevées , et les vallons sont descendus en la place que le Seigneur leur a marquée. Ces diverses terres , suivant les divers aspects du soleil , ont leurs avantages. Dans ces profondes vallées on voit croître l'herbe fraîche pour nourrir les troupeaux. Auprès d'elles s'ouvrent de vastes campagnes revêtues de riches moissons.
Página 315 - L'attribuerai-je à mon faible esprit, ou plutôt à la puissance qu'il a sur mon corps , qui est si différente de lui ? croirai-je que ma volonté a cet empire suprême par son propre fonds, elle qui est si faible et si imparfaite?
Página 285 - ... terrible agitation. Les hommes ont devant eux des terres immenses qui sont vides et incultes, et ils renversent le genre humain pour un coin de cette terre si négligée.

Informação bibliográfica