Polybe: Histoire générale, Volume 1

Capa
Charpentier, 1847
 

Opinião das pessoas - Escrever uma crítica

Não foram encontradas quaisquer críticas nos locais habituais.

Páginas seleccionadas

Outras edições - Ver tudo

Palavras e frases frequentes

Passagens conhecidas

Página 203 - Polybe (i), doit en histoire moins porter sur le récit des faits eux-mêmes que sur les circonstances qui les ont précédés ou accompagnés ou suivis. Retranchez de l'histoire l'étude, des causes, des moyens, du but des entreprises humaines et le soin d'examiner si chacune a eu...
Página 228 - U était dans la plaine, non sans avoir perdu dans cette longue marche, soit sous les coups de l'ennemi , soit dans les eaux des fleuves , dans les précipices et les ravins des Alpes, un grand nombre de soldats, et plus encore de chevaux et * de bêtes de somme. Enfin, après avoir mis cinq mois à venir de Carthagène, quinze jours à franchir les Alpes, il entra dans les plaines de la Cisalpine, sur les terres des Insubriens (1). Il lui restait dee troupes africaines douze mille fantassins , avec...
Página 221 - ... des sentiments de haine qui animaient ces populations à l'égard des Romains, etc. ; dans les passages difficiles, il prenait pour guides les gens du pays appelés à partager sa fortune. Si je parle avec cette assurance, c'est que je tiens les faits dont il est question de la bouche même de témoins oculaires, et que, pour ce qui regarde les lieux, je les ai parcourus dans un voyage que je fis autrefois aux Alpes afin d'en prendre par moi-même une connaissance exacte 2.
Página 534 - État heureusement échappé à de nombreux et de pressants dangers, s'élève à une splendeur, à une puissance incontestées, cette prospérité, pour peu qu'elle se fixe quelque temps, amène dans la vie des citoyens plus de luxe et, le mal s'aggravant, la décadence commencera par la passion de dominer et par la jalousie de ceux qui rougiront d'être sans honneurs; puis par le faste et l'orgueil des particuliers.
Página 227 - Il leur montra les plaines qu'arrose le Pô , leur rappela la bienveillance des peuples gaulois qui les habitaient , leur indiqua l'endroit où s'élevait Rome , et réchauffa par là quelque peu leur courage. Le lendemain il donna le signal du départ, et commença à descendre. Il ne rencontra d'ennemis que quelques brigands isolés; mais la difficulté des lieux et la neige lui firent perdre presque autant de monde durant la descente que lors de l'ascension.
Página 227 - ... cédait facilement sous le pied. Aussi , quand les soldats eurent foulé cette couche supérieure, et qu'ils marchèrent sur l'ancienne neige que, durcie par le temps , ils ne pouvaient entamer, les malheureux , flottant pour ainsi dire sur ce terrain humide, tombaient comme font sur nos routes ceux qui marchent dans la boue. Les suites de ces chutes étaient plus tristes que la chute ellemême. Comme il leur était impossible d'assurer leurs pas sur la neige inférieure, ils tombaient; et comme,...
Página 215 - ... sans danger pour les barques. De plus, on imagina de faire tirer du haut de la poupe les chevaux à la nage ; et comme un seul homme suffisait, pour en conduire de chaque côté du bateau, à grandes guides, trois ou quatre, un nombre considérable de chevaux fut transporté dès le premier convoi. A la vue de cette manœuvre , les barbares se répandirent sans ordre et hors de leurs retranchements, convaincus qu'il leur serait facile de refouler les Carthaginois. Mais Annibal, averti de l'approche...
Página 495 - On avait fait à chacune, — dit-il, — une part si égale et si exacte, elles concouraient si bien toutes à l'administration, que personne ne pouvait affirmer, même parmi les Romains, si Rome était une aristocratie, une monarchie ou une démocratie. Comment, en effet, l'affirmer? A considérer l'autorité des consuls, il semblait qu'il y eût monarchie, royauté ; celle du Sénat annonçait une aristocratie; enfin, en voyant la puissance du peuple, on croyait fermement avoir sous les yeux un...
Página 115 - ... et il est rare que ce prix soit dépassé. Parlerai-je de l'immense population du pays, de la grandeur, de la beauté physique des habitants et de leur ardeur guerrière?
Página 254 - ... attendre l'arrivée de son collègue. Or, il espérait que , dans ces mouvements , le général romain lui fournirait quelque occasion de l'attaquer. Tels étaient les calculs qu'il faisait avec un esprit de pratique et une sagesse remarquables : on ne saurait le contester. » En effet , il faut être insensé et aveugle pour ne pas voir que, chez un capitaine, il n'est pas de qualité plus précieuse que de savoir pénétrer les inclinations et le caractère du général ennemi. De même que...

Informação bibliográfica