Bibliothèque historique de Diodore de Sicile, Volume 4

Capa
 

Opinião das pessoas - Escrever uma crítica

Não foram encontradas quaisquer críticas nos locais habituais.

Outras edições - Ver tudo

Palavras e frases frequentes

Passagens conhecidas

Página 464 - Il construisit aussi le temple le plus vénéré chez les Juifs; il institua le culte divin et les cérémonies sacrées, donna des lois, et fonda un gouvernement politique ; il divisa le peuple en douze tribus, parce que ce nombre était réputé le plus parfait, et correspondait aux douze mois de l'année. Il ne fabriqua aucune idole, parce qu'il ne croyait pas que la divinité eût une forme humaine, mais que le ciel qui environne la terre est le seul dieu et le maître de l'univers. Les institutions...
Página 114 - C'est ce qui arriva en effet. « Agathocle , sans communiquer ce plan à aucun de ses amis, confia à son frère Antandre le gouvernement de Syracuse, avec une forte garnison. En même temps il fit de grandes levées de troupes, et ordonna aux fantassins de se tenir sous les armes , et aux cavaliers de se munir, indépendamment d'une armure complète , de selles et de brides , afin qu'ils fussent prêts à monter les chevaux dont ils pourraient s'emparer ; car, dans sa dernière défaite , la plus...
Página 8 - Morgantins, les habitants d'autres •villes de l'intérieur, et toas ceux qui avaient antérieurement servi sous ses ordres contre les Carthaginois. Tous ces hommes lui étaient dévoués, en raison des nombreux bienfaits qu'il leur avait accordés pendant leur service militaire; ils s'étaient d'ailleurs toujours montrés ennemis de la faction oligarchique des six cents, et n'obéissaient que forcément au peuple, qu'ils haïssaient.
Página 117 - ... l'émulation fut portée à son comble ; mais les Barbares, faits depuis longtemps au métier de rameurs, marchèrent plus vite, et ne laissèrent que très-peu d'intervalle entre eux et les Grecs. Dans cette marche rapide , les deux flottes atteignirent presque en même temps le rivage.
Página 464 - Juifs. Ce législateur a même porté son attention sur ce qui concerne l'art militaire : il obligea les jeunes gens d'acquérir, par les exercices , de la bravoure et de la vigueur pour supporter toutes les fatigues. Il entreprit aussi plusieurs expéditions contre les peuples voisins , conquit beaucoup de terres qu'il distribua par portions égales aux simples particuliers ; mais il en donna de plus grandes aux prêtres, afin qu'ils eussent assez de revenus pour se livrer assidûment au culte divin....
Página 259 - ... comme héritiers par les serments de leurs ancêtres. On accusait les Spartiates d'une déplorable propension au parjure. Reproche justifié par leur politique : Cléoménès était de ceux qui ne reconnaissaient pas les serments comme valables pour la nuit; Lysandre proclamait comme une maxime d'État qu'il fallait « amuser les enfants avec des osselets et les hommes avec des serments ». Mais, dans les relations sociales, les Spartiates ne valaient ni plus ni moins que le reste des Grecs.
Página 465 - ... soigneusement leurs enfants, et comme ce soin exigeait peu de dépenses, la race des Juifs devint de plus en plus nombreuse. Les coutumes qui concernent les mariages et les funérailles diffèrent beaucoup de celles des autres nations. Sous les diverses dominations qui furent établies plus tard, sous la domination des Perses et sous celle des Macédoniens, qui...
Página 366 - ... mari, Ariarathès et Holopherne. Quelque temps après , elle devint enceinte, et donna, contre toute attente, le jour à deux filles et à un fils nommé Mithridate. Elle découvrit alors à son mari sa supercherie à l'égard des enfants supposés ; elle fit envoyer, avec une faible pension, l'aîné à Rome et le cadet en lonie, afin qu'ils ne disputassent pas le trône au rejeton légitime. Ariarathès donna des secours au roi de Syrie contre les Romains ; mais son beau-père ayant été vaincu,...
Página 115 - Agathocle avait besoin d'argent , il enleva aux tuteurs les biens des mineurs , alléguant qu'il administrerait mieux , et qu'à la majorité des enfants il en rendrait plus fidèlement compte. Il fit en outre des emprunts aux marchands, enleva des temples plusieurs riches offrandes , et se fit même livrer les bijoux des femmes. S'apercevant ensuite que les citoyens les plus opulents étaient mécontents de ces actes et mal disposés pour lui, il convoqua une assemblée, où il déplora sur un ton...
Página 9 - ... militaire; ils s'étaient d'ailleurs toujours montrés ennemis de la faction oligarchique des six cents, et n'obéissaient que forcément au peuple, qu'ils haïssaient. Leur nombre s'élevait à trois mille, disposés au renversement de la démocratie. A ce nombre il ajouta tous ceux qui, en raison de leur pauvreté, étaient jaloux des citoyens les plus influents de Syracuse. Tout étant ainsi disposé, Agathocle ordonna à ses soldats de se réunir, à la pointe du jour, au Timoléontium. Il...

Informação bibliográfica