Nouvelle biographie générale depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours: avec les renseignements bibliographiques et l'indication des sources à consulter, Volume 27

Capa
Hoefer (M., Jean Chrétien Ferdinand)
Firmin Didot frères, fils et cie, 1858
 

Opinião das pessoas - Escrever uma crítica

Não foram encontradas quaisquer críticas nos locais habituais.

Páginas seleccionadas

Outras edições - Ver tudo

Palavras e frases frequentes

Passagens conhecidas

Página 71 - Pharmacopée universelle, ou Conspectus des pharmacopées d'Amsterdam, Anvers, Dublin, Edimbourg, Ferrare, Genève, Grèce, Hambourg, Londres, Oldenbourg, Parme, Sleswig, Strasbourg, Turin...
Página 625 - ... mourir de honte : pour moi , c'est mon métier, je ne me pique pas d'autre chose: le roi m'entretient, je ne suis qu'à lui présentement; il m'a fait un fils, je prétends qu'il doit le reconnoître , et je suis assurée qu'il le reconnoîtra, car il m'aime autant que sa Portsmouth. Cette créature tient le haut du pavé , et décontenance et embarrasse extraordinairement la duchesse.
Página 41 - Or, messieurs, dès que l'idée de l'ordre a été conçue par notre raison, il ya entre notre raison et cette idée une sympathie si profonde, si vraie, si immédiate , qu'elle se prosterne devant cette idée, qu'elle la reconnaît sacrée et obligatoire pour elle , qu'elle l'adore comme sa légitime souveraine, qu'elle l'honore et s'y soumet comme à sa loi naturelle et éternelle.
Página 47 - ... et du pouvoir absolu. Après la révolution de 1830, M. de Jouffroy se retira à Londres, où il fonda un journal intitulé La Légitimité, soutenu par les fonds des réfugiés et rédigé parCapelle, Dudon, de Latil,etc. La police n'en permit pas l'introduction en France. Bientôt M. de Jouffroy rentra dans sa patrie, ets'occupa de mécanique. Il revint aux idées primitives de son père sur les bateaux à vapeur et construisit un appareil palmipède à charnières pour faire marcher les navires...
Página 43 - Mais cette idée de l'ordre elle-même, si haute qu'elle soit, n'est pas le dernier terme de la pensée humaine ; elle fait un pas de plus et s'élève jusqu'à Dieu qui a créé cet ordre universel, et qui a donné à chaque créature qui y concourt, sa constitution, et par conséquent sa fin et son bien. Ainsi rattaché à sa substance...
Página 41 - ... que chacune de ces fins diverses est un élément d'une fin totale et dernière qui les résume, d'une fin qui est celle de la création, d'une fin qui est l'ordre universel , et dont la réalisation mérite seule aux yeux de la raison le titre de bien, en remplit seule l'idée, et forme seule avec cette idée une équation évidente par elle-même et qui n'ait pas besoin d'être prouvée. Quand la raison s'est élevée à cette conception , c'est alors, Messieurs . mais seulement alors, qu'elle...
Página 67 - Rhin; vous y avez eu des succès; la campagne est engagée aujourd'hui ; mais, dans quinze ou vingt jours , les événements nécessiteront de nouvelles formations , et je pourrai vous placer sur ce théâtre, que vous connaissez le mieux , et où vous pourrez déployer toute votre bonne volonté. Je désire apprendre, par votre réponse , que vous êtes satisfait de cette explication, et que surtout vous ne doutez pas des sentiments que je vous porle. » — Jourdan resta donc sans emploi pendant...
Página 563 - A Letter from a Student at Oxford to a Friend in the Country, concerning the approaching Parliament, in vindication of his Majesty, the Church of England, and the University.
Página 125 - Notice sur les armes défensives et spécialement sur celles qui ont été usitées en Espagne depuis l'antiquité jusqu'au seizième siècle inclusivement; Paris, 1839, in-8"; — Recherches sur l'usage et l'origine des tapisseries à...
Página 803 - Le trop est sujet à beaucoup de calamités ; le trop peu est également sujet à beaucouç de calamités. « Voici les bonnes apparences : Quand la vertu règne , la pluie vient à propos; quand on gouverne bien , le temps serein paraît ; une chaleur qui vient dans son temps , désigne la prudence ; quand on rend des jugements équitables, le froid vient à propos; la perfection est indiquée par des vents qui soufllen; dans leur saison.

Informação bibliográfica