La fin du classicisme et le retour a l'antique dans la seconde moitié du XVIII siècle et les premières années du XIX, en France

Capa
Hachette, 1897 - 425 páginas
 

Opinião das pessoas - Escrever uma crítica

Não foram encontradas quaisquer críticas nos locais habituais.

Páginas seleccionadas

Outras edições - Ver tudo

Palavras e frases frequentes

Passagens conhecidas

Página 416 - Comme lui, la muse moderne verra les choses d'un coup d'oeil plus haut et plus large. Elle sentira que tout dans la création n'est pa.s Humainement beau, que le laid y existe à côté du beau, le difforme près du gracieux, le grotesque au revers du sublime, le mal avec '\ le bien, l'ombre avec la lumière.
Página 270 - S'arrêter et pleurer sa mère bien-aimée. Oh ! que tes yeux sont doux ! que ton visage est beau ! Viendras-tu point aussi pleurer sur mon tombeau ? Viendras-tu point aussi, la plus belle des belles, Dire sur mon tombeau : Les Parques sont cruelles ?" — "Ah ! mon fils, c'est l'amour ! c'est l'amour insensé Qui t'a jusqu'à ce point cruellement blessé ! Ah ! mon malheureux fils ! Oui, faibles que nous sommes, C'est toujours cet amour qui tourmente les hommes. S'ils pleurent en secret, qui lira...
Página 231 - C'est des Hébreux errants le chef, le défenseur : Dieu tout entier habite en ce marbre penseur. Ciel ! n'entendez-vous pas de sa bouche profonde Éclater cette voix créatrice du monde ? )h ! qu'ainsi parmi nous des esprits inventeurs De Virgile et d'Homère atteignent les hauteurs ! Sachent dans la mémoire avoir comme eux un temple, Et sans suivre leurs pas imiter leur exemple ; Faire, en s'éloignant d'eux, avec un soin jaloux, Ce qu'eux-même ils feraient s'ils vivaient parmi nous!
Página 375 - Parseval, vous enfin Qui dans ces jours heureux vous teniez par la main, Rappelez-vous comment au fauteuil de mon père Vous veniez le matin, sur les pas de mon frère, Du feu de poésie échauffer ses vieux ans, Et sous les fleurs de mai cacher ses cheveux blancs. Les plus jeunes vantaient Byron et Lamartine, Et frémissaient d'amour à leur muse divine...
Página 403 - Seulement, et encore avec une réserve extrême, on a remis en circulation un certain nombre d'anciens mots nécessaires ou utiles. Nous ne sachons pas qu'on ait fait des mots nouveaux. Or ce sont les mots nouveaux, les mots inventés, les mots faits artificiellement qui détruisent le tissu d'une langue.
Página 374 - Les pièces de Shakespeare et de Schiller ne diffèrent des pièces de Corneille et de Racine qu'en ce qu'elles sont plus défectueuses. C'est pour cela qu'on est obligé d'y employer plus de pompe scénique. La tragédie française méprise ces accessoires parce qu'elle marche droit au cœur, et que le cœur hait les distractions; la tragédie allemande les recherche, parce qu'elle s'adresse souvent à l'esprit et, plus souvent encore, à tous les sens.
Página 35 - ... c'est alors que nous verrons sur la scène des situations naturelles qu'une décence ennemie du génie et des grands effets a proscrites. Je ne me lasserai point de crier à nos Français : La Vérité! la Nature! les Anciens! Sophocle! Philoctète!
Página 103 - Carthage, qui faisait la guerre avec son opulence contre la pauvreté romaine, avait par cela même du désavantage; l'or et l'argent s'épuisent; mais la vertu, la constance, la force, et la pauvreté ne s'épuisent jamais.
Página 133 - ... les plus légitimes, et que le cri de la vengeance n'est chez lui que le cri de l'oppression, qu'enfin son rôle est d'un bout à l'autre un modèle parfait de l'éloquence tragique , on conviendra facilement qu'en voilà assez pour justifier ceux qui voient dans cet ouvrage la plus belle conception théâtrale dont l'antiquité puisse s'applaudir.
Página 108 - Plutarque surtout devint ma lecture favorite. Le plaisir que je prenais à le relire sans cesse me guérit un peu des romans, et je préférai bientôt Agésilas, Brutus, Aristide, à Orondate, Artamène et Juba.

Informação bibliográfica