Histoire générale des Arabes: leur empire, leur civilisation, leurs écoles philosophiques, scientifiques et littéraires, Volume 2

Capa
 

Opinião das pessoas - Escrever uma crítica

Não foram encontradas quaisquer críticas nos locais habituais.

Páginas seleccionadas

Outras edições - Ver tudo

Palavras e frases frequentes

Passagens conhecidas

Página 126 - Elles n'en comptent aujourd'hui, l'une que vingt-cinq mille, l'autre que quatre-vingt-seize mille. Cordoue avait huit lieues de circonférence, soixante mille palais et deux cent quatre-vingttrois mille maisons; aujourd'hui elle a à peine cinquantesix mille habitants. Le diocèse de Salamanque renfermait alors cent vingt-cinq villes ou bourgs; ce nombre se trouve réduit à treize. Séville avait six mille métiers pour la soie seulement, et en 1742 on n'en comptait dans toute la Péninsule que...
Página 416 - Leyde ; il retrouve vingt-huit nouveaux chapitres de cet astronome dans un ouvrage d'Ebn-Schathir , et nous montre des progrès dont nous n'avions aucune idée; un grand nombre de pratiques et de règles qui rapprochent la trigonométrie arabe de celle des modernes, l'emploi des tangentes et des sécantes comme moyen subsidiaire en certains cas plus compliqués , des artifices de calcul qui n'ont été imaginés en Europe que dans la première moitié du xvin
Página 23 - On a vainement cherché à obscurcir la question en produisant une version inintelligible de l'auteur arabe ; les termes qui constatent la découverte sont si formels et si positifs, qu'elle restera désormais acquise à la science ; elle prouve que l'école de Bagdad était parvenue à l'extrême limite des connaissances qu'il était possible d'acquérir sans le secours des lunettes et du télescope. Toutes les allégations de Munk, qui avait pris le Pirée pour un homme, sont tombées l'une après...
Página 108 - ... humain, divisée en cinq parties et remplie de faits curieux. La première partie comprend les patriarches, les prophètes, les juges et les rois d'Israël; la seconde, les quatre dynasties des anciens rois de Perse ; la troisième, les pharaons d'Egypte, les rois de la Grèce, les empereurs romains...
Página 58 - Ahwaz, le Fars, le Kerman, le Sind et l'Hind; les deux dernières franchissent la Méditerranée, se dirigent l'une par la Syrie, et le golfe Persique, l'autre par Alexandrie et la mer Rouge, pour se rejoindre dans la mer des Indes. Les voyages particuliers se multiplient et vont porter au loin les idées et la civilisation des Arabes ; les relations les plus intéressantes viennent éclairer les navigateurs sur les dangers qui les attendent dans des contrées encore mal explorées. IbnHaukal, Al-Istakari,...
Página 259 - S3 0 2 0 33 31 0 2 0 35 38 fore have used other observations besides those which he has recorded. The Arabs adopted, in its totality, PTOLEMY'S theory of the motions of the planets ; which the Hindus have only in part. But the Arabs improved on his astronomy by careful observations ; a praise to which the Hindus are not equally entitled.
Página 70 - Arabes s'élevèrent à ce troisième degré, presque complètement inconnu des anciens, en s'attachant surtout aux faits généraux ; ils habitaient un pays où règne partout le climat des palmiers, et sur la plus grande partie de sa surface celui des tropiques. Le tropique du Cancer, en effet, traverse la presqu'île à peu près depuis Mascate jusqu'à la Mecque.
Página 5 - Ce fut dans l'école d'Édesse, qui semble avoir servi de modèle aux écoles des bénédictins du mont Cassin et de Salerne, que prit naissance l'étude scientifique des substances médicinales empruntées aux minéraux et aux plantes. Lorsque cet institut fut détruit, sous Zénon...
Página 161 - Constantinople; le vice-roi avait demandé sa grâce; la politique du divan fut implacable, et le fils de So'oud, après avoir été promené pendant trois jours dans toute la ville, fut décapité sur la place de Sainte-Sophie. Ainsi fut domptée cette puissance qui semblait destinée à renouveler les grands jours de l'islamisme; elle fut resserrée dans les déserts d'où elle était sortie si glorieuse. Cependant elle ne fut pas anéantie, et les Égyptiens eurent souvent à compter avec elle.
Página 419 - Analyse d'un mémoire géographique, historique et scientifique sur l'Inde, antérieurement au milieu du XIe siècle de l'ère chrétienne, d'après les écrivains arabes, persans et chinois.

Informação bibliográfica