Voyage de la Troade: Fait Dans Les Années 1785 Et 1786, Volume 2

Capa
Dentu, 1802 - 58 páginas
 

Opinião das pessoas - Escrever uma crítica

Não foram encontradas quaisquer críticas nos locais habituais.

Páginas seleccionadas

Outras edições - Ver tudo

Palavras e frases frequentes

Passagens conhecidas

Página 206 - Lechevalier, conduisait naturellement à reconnaître celle de la ville de Troie. Il était tout simple de supposer que le village le plus voisin de ces belles sources devait occuper l'emplacement de l'ancienne ville.... Je monte donc au village de Bounarbachi par une pente douce et facile, et je traverse d'abord un vaste cimetière , dont chaque tombe est ornée d'une colonne de marbre ou de granit.
Página 189 - ... un seul arbre, nous nous trouvâmes au milieu d'une petite forêt de saules, d'ormes et de peupliers. » La colline au pied de laquelle ce bois est situé termine la plaine du côté du sud-est. Elle est composée d'une sorte de brèche, ou de poudingue, dont les pierres sont réunies entre elles, comme une véritable maçonnerie, par une espèce de ciment de couleur rougeâtre. La nature ici a tellement imité l'art , qu'il faut l'observer avec le plus grand soin pour dissiper l'illusion qu'elle...
Página 201 - Skamandre se réunissaient au temps d'Homère. « Le Simoïs est un torrent impétueux qui change de lit suivant la crue accidentelle de ses eaux. Le Skamandre , au contraire , a des sources intarissables ; mais comme il coule dans la même plaine et dans le voisinage du Simoïs , son cours tranquille dépend tellement des fureurs de son frère , qu'on peut fixer le point de leur ancienne réunion à l'endroit qui convient le mieux à l'action du poème. » Le lit du Simoïs n'a pas , d'ailleurs...
Página 180 - C'est peut-être un des points du globe d'où l'on aperçoit les plus beaux pays, et ceux qui rappellent sur-tout les plus intéressans souvenirs. O vous ! amis d'Homère et de la belle Nature , venez contempler avec moi la scène ravissante qui se découvre à mes regards. Le ciel est pur ; quelques nuages légers et vaporeux n'en interrompent la voûte azurée , que pour lui donner plus d'éclat ; le soleil couchant frappe de ses rayons dorés fous les sommets qui m'entourent : (i) fid.
Página 207 - J'avance toujours en montant vers le village ; et, un mille au delà, du cote de l'est, je me trouve subitement arrêté sur les bords d'un affreux précipice , qui entoure presque de toutes parts la colline où je suis placé. Deux pas de plus, et je tombais à quatre cents pieds de profondeur. » Le torrent qui coule au fond de ce précipice est le Simoïs , qui, comme je l'ai dit, prend sa source au mont Cotylus, et qui parcourt le nord delà plaine.
Página 188 - Rien ne saurait égaler la surprise et le plaisir que nous éprouvâmes, lorsque excédés de chaleur et de fatigue, après avoir traversé une plaine immense sans y rencontrer un seul arbre, nous nous trouvâmes au milieu d'une petite forêt de saules, d'ormes et de peupliers. » La colline au pied de laquelle ce bois est situé termine la plaine du côté du sud-est. Elle est composée d'une sorte de brèche, ou de poudingue, dont les pierres sont réunies entre elles, comme une véritable maçonnerie,...
Página 319 - Elle est v£tue d'une robe avec un grand nombre de plis " perpendiculaires ; les pans en sont releves sur les cuisses, " et les bords sont par-tout contournes suivant la disposition " des plis et avec la plus grande uniformité. De son bras " gauche, elle soutient sa robe, qu'elle saisit avec le pouce
Página 181 - PJEsepus s'échapper à travers les vallons et les plaines , pour aller payer le tribut de leurs eaux à la Propontide. A quarante lieues de distance, et dans...
Página 190 - Source, et est en turk la traduction littérale du mot xpouvôc par lequel Homère désigne celle du Skamandre. » On conçoit facilement que des sources aussi abondantes doivent tout ferliliser autour d'elles. Elles se partagent en effet en plusieurs petits ruisseaux pour arroser des jardins délicieux, où elles font croître toutes sortes de légumes et de fruits ; elles se réunissent ensuite dans un lit commun . Le petite fleuve qu'elles forment a environ douze pieds de large et trois pieds...
Página 190 - Sur la route qui conduit de la mer au village voisin, environ à quarante pas de la colline dont je viens de parler, une autre source très-abondante jaillit à gros bouillons du fond d'un large bassin, dont les bords sont formés par des fragments de granit et de marbre. En hiver, elle est chaude, et elle exhale une épaisse fumée qui couvre les arbres et les jardins d'alentour. » Le nom de Bounar-Bachi, qu'on donne au village qui avoisine ces sources, signifie Tête de la Source...

Informação bibliográfica