Imagens das páginas
PDF
ePub

Tante : les Hébreux n'avaient point de prosodie, mais ce qu'on appelle Parallelismus membrorum. Ce Parallélisme dans la .poésie lyrique et prophétique est sensible, non seulement dans les pensées, mais aussi dans la forme. Ainsi, dans le livre de Job, à peu d'exceptions près, les hémistiches de chaque vers sont de même mesure; rarement le parallélisme se rencontre inégal ou composé. C'est ce parallélisme que l'auteur s'est efforcé de reproduire dans sa traduction. H s'est en conséquence astreint à l'exactitude la plus sévère. LA seulement où la clarté exigeait qu'il ajoutât a l'original, M. Hœlscher a mis les mots ajoutés entre parenthèse, et la lettre n qui précède quelques-uns indique qu'ils n'entrent point dans le Parallélisme.

Canoncs Apostolornm et Gonciliorum sa-culorum iv, v, vi, vu. Recognovit atque insignioris lectionum varietatis notationes subjunxit Herm. Theod. Bruns dr. Pars altéra. — Berolmi typis et sumptibus G. Reimeri. 1839. In-8° de vm-320 p.

Cet ouvrage fait partie d'une grande collection intitulée: Bibliotheca Ecclesiastica quam modérante D. Augusto Neandro adornavit Herm. Theod. Bruns. Tolumen primum. Canones Apostolorum et Conciliorum Sœc. rr-vii. La seconde partie, que nous avons Seulement sous les yeux, contient les Canons des Conciles de l'Espagne, de la France, de l'Italie, de la Grande-Bretagne et de l'Irlande, depuis le 4' jusqu'au ?• siècle. Cette collection a été faite d'après les grands recueils de Conciles, de Madrid, de Mansi, des Bénédictins de SaintMaur et de David Wilkins. Le nouvel éditeur a eu [soin d'indiquer au bas des pages les variantes provenant d'un grand nombre de manuscrits.'

Perronius, theologus romanus vapulans. Scripsit Lutins Sincerus.—Coloniae, sumptibus F. C.Eïsenîi. 1840. In-8° de xvi-95 p.

L'auteur de cette brochure réfute la doctrine théologique apostolus illa litteris consignasset. Suit l'indication de douze thèses, dont la première est : Culpa hominis peccatum in mundum venit ; et la dernière : Jacobus, Alphaei filius, a Jacobo, fratre Domini, distinguendus est.

Versuch einer Darstellung der Christologie des Koran von C. F. Gerock.—Hamburg u. Gotha, im Verlag von Friedrich u. Andreas Perthes 1839. In-8°. de Ix142 p.

Mémoire qui se divise en deux parties, la première historique, la seconde dogmatique. La première partie comprend l'histoire de Jésus-Christ d'après le Coran et tous les passages du Coran qui touchent les Apôtres mis d'accord entre eux autant que possible. Dans la seconde partie sont recueillies les opinions du Coran, 1° sur la personne, 2° sur la doctrine du Christ. Dans un appendice sont rassemblées les sentences du Coran concernant les Chrétiens et la conduite à tenir à leur égard. Enfin un annexe joint à l'ouvrage donne des extraits du Mishcat ul-masabih, or a collection of the most authentic traditions, regarding the actions and sayings of Muhammed ; exhibiting the origin of the manners and customs , the civil, religious and military policy of the Muslcmans. Translated from the original arabic by capt. A. N. Matthews. — Calcutta, 18o9, 2 vol. gr. in-4°. Cet ouvrage est rare en Europe : c'est ce qui a porté l'auteur à en traduire et faire imprimer à la suite quelques fragmens. La plupart de ces extraits ont rapport au sujet principal de l'ouvrage. L'un d'entre eux offre l'application de la parabole de la vigne du Seigneur aux Juifs, aux Chrétiens et aux Mahométans.

Das Buch Hiob im Parallelismus membrorum. Uebersetzt aus dem Hebraischen von F. Hœlscher, Hülfsprediger zu Wersen in der Grafschaft Tecklenburg. Osnabrück, in der Nackhorst'schen Buchhandlung. 1839. In-8° de vi-63 p.

Cette traduction du livre de Job est fondée sur l'idée sui

vante : les Hébreux n'avaient point de prosodie, mais ce qu'on appelle Parallelismus membrorum. Ce Parallélisme dans la .poésie lyrique et prophétique est sensible, non seulement dans les pensées, mais aussi dans la forme. Ainsi, dans le livre de Job, à peu d'exceptions près, les hémistiches de chaque vers sont de même mesure ; rarement le parallélisme se rencontre inégal ou composé. C'est ce parallélisme que l'auteur s'est efforcé de reproduire dans sa traduction. Il s'est en conséquence astreint à l'exactitude la plus sévère. Là seulement où la clarté exigeait qu'il ajoutât à l'original, M. Hœlscher a mis les mots ajoutés entre parenthèse, et la lettre n qui précède quelques-uns indique qu'ils n'entrent point dans le Parallélisme. • • •

Canones Apostolorum et Conciliorum saeculorum Iv, v, vI, vII. Recognovit atque insignioris lectionum varietatis notationes subjunxit Herm. Theod. Bruns dr. Pars altera. — Berolini typis et sumptibus G. Reimeri. 1839. In-8° de vIII-320 p.

Cet ouvrage fait partie d'une grande collection intitulée : Bibliotheca Ecclesiastica quam moderante D. Augusto Neandro adornavit Herm. Theod. Bruns. Volumen primum. Canones Apostolorum et Conciliorum Saec. Iv-vII. La seconde partie, que nous avons seulement sous les yeux, contient les Canons des Conciles de l'Espagne, de la France, de l'Italie, de la Grande-Bretagne et de l'Irlande, depuis le 4° jusqu'au 7° siècle. Cette collection a été faite d'après les grands recueils de Conciles, de Madrid, de Mansi, des Bénédictins de SaintMaur et de David Wilkins. Le nouvel éditeur a eu soin d'indiquer au bas des pages les variantes provenant d'un grand nombre de manuscrits. - -

Perronius, theologus romanus vapulans. Scripsit Lucius Sincerus.—Coloniae, sumptibus F. C.Eisenii. 1840. In-8° de xvI-95 p.

L'auteur de cette brochure réfute la doctrine théologique du jésuite Perrone, et cherche à la tourner en ridicule en la comparant avec celle du théologien Wegscheider.

Christiani Jacobi van der Vlis Disputatio critica de Esdrae libro vulgo quarto dicto.—Amstelodami. 1839. In-8° de 198 p.

Il parut à Londres, en 182o, une ancienne version éthiopienne de ce livre, dans laquelle on reconnaissait une autre rédaction que celle donnée par la traduction latine, et l'on sait que jusqu'alors ce ne fut que par cette traduction que le quatrième livre d'Esdras fut connu. M. van der Vlis s'est livré à un travail sur les deux rédactions, par suite duquel il fut amené aux conclusions suivantes : 1° que l'ouvrage avait été écrit originairement en grec, et que les traductions latine et éthiopienne avaient été faites sur ce texte primitif; 2° que les passages de la version latine d'après lesquels on avait conclu que l'ouvrage avait du être écrit vers le onzième siècle sont des interpolations ; 3° les prétendues prophéties renfermées dans ce livre se rapportent à l'empire romain, dont elles retracent d'une manière figurée l'histoire jusqu'à la mort de César et les efforts faits par Antoine et Lepidus pour s'emparer du pouvoir; l'auteur était juif natif d'Égypte, et il a dû écrire son livre après la mort de César et avant celle d'Antoine. (Journal Asiatique, III° série, tom. vIII, p. 431. )

Der Bilderstreit der byzantinischen Kaiser. Eine historisch-critische Abhandlung von J. Marx, Lehrer der Kirchengeschichte und des Kirchenrechts am Bischœflichen Priesterseminar zu Trier. — Trier, 1839. Verlag der Lintz schen Buchhandlung. In-8° de 120 p.

En général les images sont un instrument fort propre à l'édification religieuse, et cet instrument était singulièrcment approprié aux lumières des peuples du moyen âge. Jusques à quel point ce ressort est illicite et utile, c'est une question qu'il faut examiner sur toutes ses faces. La querelle des images, ainsi envisagée, a son bon côté.Malgré la violence des haines qui s'en mêlèrent, elle a, comme toutes les querelles religieuses qui la, précédèrent, produit aussi du bien. L'importance de cette querelle et de ses résultats, sous le point de vue religieux, artistique et historique, ressort de l'appréciation même des écrivains originaux : cette appréciation est le sujet du présent | mémoire. Il est divisé en deux sections,la première historique, laseconde dogmatique, et en quatorze paragraphes disposés dans l'ordre suivant. — 1. Origine de laquerelle des iconoclastes. — 2. Les empereurs iconoclastes.—5. Léon l'Isaurien,—4. Constantin Copronyme. — 5. Les autres empereurs iconoclastes. — 6. Les papes contemporains de la querelle des iconoclastes. —7. Suite. Grégoire III et les autres papes contemporains de le querelle.—Section II. Appréciation scientifique de la querelle. — 8. D'où viennent les images dans le culte et dans la vie chrétienne ? — 9. Époque à laquelle remonte l'emploi des images chez les Chrétiens. — 1o. Raisons du synode de Constantinople contre cet emploi.— 1 1. Réfutation. — 12. Données plus précises sur le but et l'utilité des images. — 15. Vénération pour les images. — Actes relatifs à l'emploi des images dans l'église d'Occident. — Dans cette seconde partie, S 8-14, la question d'art est également traitée.

Acta ad librum Achterfeldtii nunc professoris Bonnensis (Lehrbuch der Christkathol. Glaubens-und Sittenlehre) nuper in indicem librorum prohibitorum relatum spectantia. — Coloniae, sumptibus F. C. Eisenii. 1839. In-8° de vIII-31 p.

A. Epistolae ad professorem Achterfeldt de ejus libro, qui Fidei christianae catholicae morumque institutio inscribitur, Brunsbergam missae. Ces lettres sont au nombre de 16, et ont été écrites par MM. l'évêque Joseph de Hohenzollern, Fotschki, Sts. de Hatten, et Bernard Overberg. B. Trois autres lettres écrites par l'évêque Joseph. C. Censura ex diario, quod Religions Freund fur Katholicen vocant, quodque a dom.

« AnteriorContinuar »