Imagens das páginas
PDF

rablcs que vous m’avez confervés,du moins jul`qu’au moment eine v.ous en fìtes la confidence а Céliane , ne rougilfez point , ma Princeffe, d’avoir fait l’aveu d’un feu légitime@ j’étois préfent à vos yeux.dans cet inßzant, S: du fond de ce ruif(еан , formé exprès pour vous renouveller le fouveuir des nœuds que l’amour devoit ferrer , j’ admirois votre candeur., a piété de vos feпtimens, 8: je fus prêt vingt fois de me montrer : mais outre que la préfence de Céliane y mettoit oblìacle, c’e& que je n’avois point encore obtenu de mon. pere la .place queje me propofe de vous faire ioccu-' per ; 'cependant ie .ne.puis.ab­

s folument fíolument être heureux fi vous ‘montrez toujours de la répugnance Е; vous unir pour jamais à mon fort. Tramarinefurprife Hatтесен même tems du difcours du.Gén.ie , mais ne pouvant fe perfuaderr qu’elle pût vivre au 'fonddes eaux , répondit enfin au Prince en le regardantd’un .air qui exprimoit en même tems 'fon amour Se fa crainte. Pardonnez', Seigneur , fi Га!

peine à vous croire ; je ne.

[ocr errors]

Empire est rempli. Je n'ignore pas les Loix des. Génies; je sçais que lorsqu'ils se sont choisi une compagne , il ne leur est plus permis d'en changer, à moins que cette Loi n'ait une exception pour les .femmes de mon espéce; ce qui me rendroit la plus malheureuse de toutes les créatures, puisi que ïaurois perdu par l'im-.mortalité la seule reflource à laquelle les malheureux ont recours dans l'excès de leurs maux, 8L je me verroís obligée de traîner une vic qui me deviendroit insupportable si vous ccffiez de m'aimer, ne pouvant plus mourir de la' dou eur d'avoir erdu le cœur d'un Prince qui eul peut m'attacher a la vie.

[graphic]

'Le Prince Verdoyant , tranf.porté d’un aveu li tendre , employa les raifons les plus convaincantes pour raffuret la Princeße , lui donna mille .louanges ,'85 prit autant de .baifers.. Ne craignez .rien , di­ ¿vine Tramarine , difoit le Gé.nie:je vous jure fur ce cœur qui n’a jamais aimé que vous ,

[ocr errors]

Ondes, que défornìais aucune .Ondine ne .partagera ma ten.dreífe : je jure encore de vous venger des aíïronts que vous a fait eíïuyer Pentaphile par fes

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

qu’il vous a faire en vous éloignant de fa Cour.' Arrêtezl, cher Prince , dit Tramarine , fongez que c’efl: du Roi mon pere dont vous voulez jurer la perte. Loin‘ de me plaindre de fon injuß;.ice , .ne .dois- }е pas au contraire bénir le jour oil il me bannir defa réfence ; 8: n"ef’c-ce pas à cetpexil au uel je dois le bonheur de m’etre unie à vous pourjamais ? D’ail­ leurs , trompé par les Oracles, ila cru fans doute mon éloignement néceffaire au repos de fes Peuples. Que de raifons pour ofervous demander .fa grace! je me Hatte de l’ob. .tenir au nom de cet amour que vous 'venez de me jurer. Je ne puis rien vous „(мы ,

« AnteriorContinuar »