Imagens das páginas
PDF

.gnore pas. que les Dieux nesïexpliquent jam.aiз qu’ave@: beaucoup d’obfcurité : fans doute, ce n’elì que pour troгnf­ per la curiolité des foibles mortels qui veulent pénétrer trop avant dans l’avenir , dont eux feuls font les dépolitaires. Ll ell: dela.prudence 8: de la Гаgefre de fe foumetrге à leurs décrets, fans chercher à en pénétrer le fens, qu’ils nous cachent toujours paг.des ré= ponfcs ambiguës, auxquelles il ей facile de donner plu«­ fleurs interprétations. Pardon­ nez, Seigneur, à mon zele la. hardieffe de mes réflexions ,„ mais j’obéis aux ordres de voere Majeflcé en ne lui diílîmu­ Вт: aucune de mes penfées..

Il efr vrai que ces réflexions étoient. d’un homme Page 8C

[ocr errors]

б: l’on у lîfoit l’intérêt qu’il prenoit à la tranquillité 8: au repos de lon Maître. Mais , que ne peut l’opinion S: le préiugé ? Ni le Roi', ni la Reine ne voulurent profiter des fages avis de leur Miniйre. La réponfe de l’Oracle fut ‘examinée en plein Confeil , oгь en tira plufieurs conféquences íiniůres qui augmenterent la,douleur que le Roi avoit de ne pouvoir deviner le fens dei cette prédiction; on fut. longtemsi à fe déterminer fur le parti qu’on devoir .prendre: mais une fecondc groffeffe de la Reine décida le forrde la;

[ocr errors]

Princefie , en l’envoyant dans le Royaume de Caflora , gouverné alors par la Reine Pentaphilе , fœur du Roi de Ly­ die.

. Cette Princeffe étoit une Amazone qui ne devoir fon Royaume qu’à fa valeur ,elle en avoit banni tous les hommes. On prétend que la haine quejette Princefle avoit conque pour les hommes , venoit du fouvenir amer d’avoir été cruellement trompée par un Prince dans lequel elle avoit mis toute fa confiance. Il efl: vrai qu’il arrive fonvent que le choix qu’on fait d’un Favori dans la jeuneffe , n’ell: prefquex jamais éclairé par la raifon. Ce n’eí’c ni le plus zéle’ , ni le

[graphic]

plus efiimable qui obtient la préférence, parce que l’on.nc réfléchit point fur le prix de la vertu; le clinquant féduit , un étourdi fe préfenre avec le brillant de la vivacité 8: des faillies; on fe livre à lui fans réferve, 8: fans fe donner le tems de l’examiner ; on ne diiiinguе point en lui la réalité d’avеc l’apparence 5 on eil' prefque toujours la dupe d’un dehors impofant, 8: malheureufemеnt ces hommes ne font fervir les dons qu’ils ont de plaire qu’au triomphe de leur indifcrétion 8: de 1еuг perñdie. Il efr à préfumer que ce furent des raifons à-peu‘près fembla­ bles , qui déterminerent la Reine de Caiiora à bannir

tous les hommes de fes Etats..

Comme c`étoit la meilleure Princefïe du monde , l’amour qu’elle avoit pour fes Sujets 8: le delir de les rendre parfaitement heureux ,lui firent convoquer une Affemblée générale de toute la Nobleffe, je veux dire en femmes , car pour les hommes ils en furent exclus. Се fut dans cette Affemblée que plufreurs queftionsi furent agitées fur les avantageз qu’on pouvoit retirer de la fociété , en les comparant aux maux qui réfultoient tous les joursde cette même fociété. Après bien des féances où chacune dit fon avis, que je ne rapport tera; point parce que }e nai

[ocr errors]

pas été appellé a ce Confeih,

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »