Imagens das páginas
PDF
[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

toutes perfonnes d’approcher de la /fontaine , afin d’éviter qu’elle ne fût confondue avec le vulgaire. Се fut aufii dans la vûe de conflater les faveurs que la Déeffe répandroit fur elle; ce qui fit que toutes les Amazones qui vinrent fe préfenter , dans l’efpérance de participer aux bienfaits de la Déeffe, furent obligées d’at­ tendre le départ de Tramarine, 8: même .aucune de fes femmes ne put profiter de l’a­ vantage du voyage.

La neuvaine finie , la Gran. de-Prêtreffe remit la Princeffe entre les mains de Céliane , qui fut la premiere à lui marquer le plaifir qu’elle reffentoit d’a­ vancefur fon avènement au

Trône. Ses autres femmes l’entourerent, 8: fe placerent dans fon char pour retourner à. la Cour où elles arriverent a l’entrée de la nuit. La Princefle fut reçue dans la Ville aux acclamations de tout ce peuple d’Amazones; les Gardese de la Reine étoient fous les armes , 8: 1е Palais fi bien illuminé qu’on l’auroit pris pour un globe de feu. La Reine requt Tramariiie avec une joie ¿S: une magnificence qui ne fe peut' décrire; des Fêtes de toute efpéce furent inventées pout amufer la Princefle : mais lorfqu’on ne pût plus douter des faveurs qu”elle avoit reçues de la Déefle, la joie redoubla, on fit des odes, des ép’r`.tres, des élégies 8: des chanfons, qui t`outes étoient adreifées à la Princefle , afin de lui prédire les dons dont les Dieux devoient combler

celle qui naîtroit des faveurs

de Pallas. ' .Cependant on remarquoit dans toutes les actions delTramarine une langueur 8: un fonds de triíleíle qu’elle ne pouvoit vaincre , malgré.les Fêtes toujours variées qu’on ne ccffoit de lui donner; maison atttibua cette mélancolie à fon état. 1,orfqu’elle fut entrée dans le neuvieme mois ,la Reine envoya inviter' pluíieurs Magiciennes, qui étoient fes amies particulieres, pour être réfentes à la.délivrance de a Princeíle.

ЪеВoуаuте' de Cailora ell: rempli de Fées .S: de Magiciennes , à caufe des autres 8: des montagnes qui l’environ­ nent ;'d’ailleurs.le terrein y produit en‚ abondance toutes les plantes. qui leur font nécelfaires pour la compofition de leurs maléfices : on prétend même que deft deces climats

.que Médée retiroit celles qui

lui étoient les plus propres. pour fes enchar`iremens... ‚

Bagatelle, Pétulanpte, Мёд nutie ô: Légere, que la Reine n’avoit point invitées , .redoutant leurs fciences ö: plus en-. core 'leurs méchancetés , arriverent néanmoins des premieres. Elles étoient chacune dans un ¿Cabriolet „des plus

[ocr errors][ocr errors]
« AnteriorContinuar »