Imagens das páginas
PDF

ment où je vois ma Prineefle , те feroit prefclue defirer de leul' reffembler. Que ne fomrnes­ nous Rofiignols l’une 8: l’au­ tre ? Qu’ils .font heureux l Jamais Finquiétuele ni le repentir xfempoifonnent leur félicité, jamais de defirs qu’ils ne puifïent fatisfaire, 8: jamais leur bonheur ne leur coûte u.n remords. Pour uoi la Fée Bonine qui a tant e pouvoir , n'’a.t-elle pas celui de nous métarnorphofer ainñ ? Du moins , par mes chants Sc la vivacité’ de mes careffes, je pourrois 'amufer ma Princeffe S: peut­être lui plaire.

Céliane s’appercevant que rien ne pouvoir diůraire Tramarine , prit enfin un ton plus

férieux. Elle avoit Péloquence de lañgure, elle reprit celle du fcntimenn, 8: parvint à tow

[ocr errors]
[ocr errors]
[merged small][ocr errors]
[ocr errors][merged small]

n’en feras plus furprife. На?pelle-toi , ma chere, le voyage que je fis à la fontaine de Pal.' las: tu fçais q`ue, pendant. ma neuvaine , je reftai renfermée

danslenceinte du Temple , ou

'je fus .fervie par les Prêtreffes corifacrées au culte de la Décile ;.. grace. qui ne s.’accorde qu’a.ux femmes de mori rang:

Qmais toute la Cour ignore се qui m’ efr arrivé. Ce n’eíl: quд ton ze e'&'..à.ton amitié que je vais confier un fecret, qui troubledepuis fi long-teiris le repos de mes jours. '

Apprends donc que lorfque

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors][ocr errors]
[ocr errors]

SC tendre , il me prendla main , me ferte dans fes bras. Hélas , qu’il étoit féduifant ! Je ne puis , ma Céliane, te eindrele trou­

[ocr errors][ocr errors]
« AnteriorContinuar »