Imagens das páginas
PDF

de la tyrannie de cette lille ,

d’autant mieux que les Etats

'du Géant font précifément les

'.Antipodes de ceux de la Prin-¿

celle , ce qui fait qu’on n’a pas

'lieu de craindre d’une pareille

union. Je la crains beaucoup pour moi-même , dit Tramarine, puifque le Prince notre fils eů au pouvoir dе ce terrible Magicien; 8: je regarde fon union avec cette méchante Géante comme une furabon. dance de maux pour ce cher enfant. Je vous ai déja dit, Princelie , reprit le Génie , qu’ildne pouvoit ripirli entre

ren re contre mon s; mais, Pour achever de vous tranquiiifer, apprenez que le Sylphe qui s’eít chargé de fon éduca

tion , le tient aŕluellement fous fa puilfànce. Le Prince 8: la Princelfè furent alors interrompus par un bruit de guerre qui Ге fit entendre : tous les Soldats coururent fe ranger fous leurs étendards , 8: l’on vit paroître une nuée noire de Troupes auxiliaires qui , s’avan

[ocr errors]

enfuite ö: formerent un gros bataillon quarré. .

Alors on vil: paroître la Géante : elle étoit femblable à une des pyramides d’Egypte. Sa tête , qui étoit triangulaire , repréfentoit trois vifages :dans l’un , elle paroît douce 8€ modefte,c’efi: celui qu’elle montre lorfqu’e1le veut .fubjuguer de nouveaux Peuples; l’autre,

K

peint l’arrogance 8: 1а fierté , quand elle ей parvenue à fes fins; 8: fon troifieme vifage marque un air furieux 8: menaçant. Ses bras 8: fes jambes font autant de ferpens qui la. font mouvoir. Tramarine, ef-' frayée à la vûe d’un Monlìre aulli hideux, ne voulut pas refter davantage fur les Bords de ce Fleuve; c’efl'. pourquoi on ne put fçavoir le fuccès de la bataille qui s’y donna.

[graphic][ocr errors][merged small][ocr errors][ocr errors]

' remarquant un Vieillard dont

l’air majeйueux fembloit infpirer le refpcélz, le fentit fort émue. Cher Princе, dit-elle au Génie, je ne puis réliйer aux tendres mouvemens que ie me fens pour ce vénérable Yieillard : accordez -moi , je

. .vous prie, la fatisfaétion де

1’entendre. Le Prince des Ouf

dins complaifant , comme le font tous les Génies amoureux, dit à Tramarine qu’elle

étoit la maîtrelïe de l’interro

ger, 8: lit ligne en même tems au Vieillard de s’apptocher. Quoiqu’il'n’ignorât point que c’étoit le Roi de Lydie , il voulut néanmoins lailler à la Princelle le lailir d’en être inltruite par liui-même. Traтайне, fentant redoubler l’in. tétêt qa’elle ptenoit à ce Mo­ narque , car elle ne doutoit pas qu’il n’en fût un , lui demanda avec beaucoup de douceur , 8: ce ton que la tendrelle 8! l’amitié pure infpire , qui il étoit ? quelle contrée de la Terre il avoit habité avant de

defcendre chez les Ondins?.le

« AnteriorContinuar »