Imagens das páginas
PDF

fecours pour la fourenit contre les pourfuites de Pe.ncanal«'­ don , 8: l’aider en même tems

й fupporter fes peines, fans

néanmoins ofer le déclarer ouvertement , dans la crainte d’irriter fon pere.

Depuis long-tems Pencanalr don fe propofoit l’union de la Princeffe fa fille avec le Prince Corydon foп neveu , qui lui faifoit aflidument la cour. Mais, quoiqu’Argiliane reconnût en lui des qualités bien fupérieures aux autres Princes de fon fang , l’averlion qu’elle confervoit pour la dépendance lui fit toujours éloigner cette union. Dans la crainte que le Roi fon pere ne voulût un jour la contraindre ,f elle prit

1а réfolution de ргoрoГег au Prince le mariage де 1а Princeffe de Lydie, qui avoit la réputation d’être une des plus belles‚ Princeffes de la Terre. Je vous connois les fentimens trop délicats , ajouta Argìlia­ ne , pour vous prévaloir du pouvoir que vous vous eres.ac­ quis fur l’efprit de monpere. Je ne puis jamaisêrre à. vous , malgré la préférence que je vous ai toujours donnée fur vos rivaux. Si je pouvoir me déterminer à faireun choix , vous Ген! Гег5е2..са able de le fixer; mais la réfoliution. que j’ai formée-de „т“ ma vie dans l’indépendance‘ ,. me détermine £1 vous prier de ne plus psnfer ä. notre union. .

Le Prince Corydon parut anéanti par ces paroles :il ne put y répondre que par un foupir; 8: , quoiqu’il n’eût jamais rellenti une grande pallion pour Argiliane , l’habitude qu’il s’étoit faite de la voir, de s’entretenir fouvent avec elle de Science 8: des intérêts de l’Etat; peut­être aulli l’elpé­ rance d’acquérir par ce mariage un des plus beaux Royaumes du monde , toutes ces railbns réunies lui lirent fouffrir impatiemment le dilcours de la Princelle. Il fe plaignit' amérement de lon ind'iff‘éren­ ce, fit .de tendres reproches, 8:employa toute l’é'loquence

ue peut former une ambition äondée fur des efpérancesqiw

le Roi nourriffoit depuis longtems; mais s’appercevant enfin que rien ne pouvoit toucher le cœur d’Argiliane , il fe borna à. la fupplier de lui conferver fon eflime, ajoutant qu’il тетеì: toujours fon bonheur 8: fa gloire à la mériter. ' ' Се fut après cette converfation que la Princefle confeilla

.à Célinde de voir le Prince

Corydon, de lui vanter les charmes de la Princeffe de Lydie, qui devoir être à la .Cour de Pentaphilе , Reine de 'сайта. Je .fçais , dit Argillane„qu’elle ей d’une beauté ra­ yiliante, qu’elle a toutes. les

vertus dignes du Trône, 86

. que Pentaphile lui defline le

Бег). Vous devez enfuite l’en

gager à délivrer' la Reine de ‚

Lydie, 8: lui dire que Trama'-« tine fera le_prix des fervices qu’il rendra à cette Princeífe; ajoutez‘y de ma part les affuraпces de régner dans la Lydie après la mort d’Ophtes , «S: que je promets elle laliiůeá de tout mon pouvoir.

La Reine me fit fçavoir cette nouvelle négociation par Сеlinde , ài ui j’ordonnai de fuivre exaìlsement les сoн fеils d’Argiliane. Cette femme adroite n’eut pas de peine à déterminer le Priпce Cot ­ don , qui avoit déja enten um

arlet pllufieurs fois de la lieauté 8: des avantages que Tramarine s’ét0it'acquis fur les autres femmes 5 il fue charf

« AnteriorContinuar »