Imagens das páginas
PDF

itìé., aidez-moi rà le fuir. Qui vous a" donc inifpiré fd`auíÍi -matrvaiïfes idées de l’Amour, reprit ce D.ieu en colere? Mais tje puis ufer de mon pouvoir., fafîzn де хюцз .convaincre que je mercherche point à vous tromrper. Arrêtez , dit la jeune Prin#effe , 8: fe faififlant de la fléche qu’il fe préparoit à lui décocher , elle la lança avec tant d’adreíië que ce Dieu en fut percé; mais ce coup que reçut .1’Amouri, loin de lui caufer de la douleur, ne fervit qu’à aug. menter fes feux; 8:, la retirant alors de fon fein , encore toute brûlante de fa propre fubftance , il la plongea dans celui de Brillante , fans que

[ocr errors]

eût d’abord du trait qui venoit de lui être lancé. . . ’ ' ~ La Modeйie, qui vit la ma.`lice que l’Amour venoit de faire à Brillante , voulut au moins la favorifer de tout Гoп pouvoir, afin de rendre leur union éternelle; elle profita de cet infjsant favorable pour engager lAmour à rappeller la Conйance , qu’il avoit depuis long tems bannie de fa préfence. Ce Dieu , fatlsfait de fon choix , y confentit fans peine; 8: alinde guérir entierement les foupçons qui pouvoient reiter dans l’efprit de la Princefle , il permit encore que les Graces 8: 1а МodeШе l’aeeompagnaflent toujours , aux conditions que Faveur fe

joindroit à ces Déelles. Je ne

uis vivre fans elle , ajouta

`Amour, fa converfation m’amufe , c’efl: toujours elle qui doit m’entretenir par mille pe

tites faillies; mais il eй tems , '

mon adorable Maîtrellè , de jouir des plailirs qui vous font préparés. Се Dieu lit ligne en même tems a l’Heure du Berger de s’approcher ; la Modelli@ qui foutenoit: toujours Brillantе , s’oppofa. aux dell`eins .de l’Amour. Ce Dieu en parut unfpeu fâché; il n’ola cependant aire paroitre fon dépit, afin .de gagner , par cette complaifance, la confiance de la Princelle, à la

quelle il prélenta la main avec

un lourire enchanteur.

fr Diij

[ocr errors]
[ocr errors]

Ые qui L"agiroit:,. fe lailfa enfin. cornduire par ce Dieu, quit la fît monter dans fa caléchej8c fe plaça à côté d’elle , avec les Graces. , la Modeflie 8:. la; Conйance.. Faveur fe mit der-riere. eux , accompagnée d’une grande femme que Bril.'lantefn’avoit point encore appergue; elle demanda à l’A­mour qui elle étoit , S: pour. quoi elle paroiffoit fi rêveufe?

[ocr errors]

. qui attend , avec inquiétude ,.

le moment favorable de faire connoißanee avec vous, pour reprendre fon. enjonement êû fa gaieté ordinaire.

L’Amorrr ordonna qu’on; le

conduisit it fa petite mailen ,, que l’on auroit prendre pour une de celles du Soleil, par l’.éclat des richell`es.qui y b.ril.­ lent de toutes arts. Une‘.trou~ pe de Plailirs e dé.tacha.po_~urannoncer' l’arti'vé.e de l’Amour 8: de la Princelfe, qui.

[ocr errors]

les Ris, les Jeux 8:. les Pl..1i.­' lits. L’Amour conduilif: Brillante dans un cabinet cle gia» ces, en ordonnant aux Gracias. de la mettre fur un lit de rofes , que la. Volupté 8€ la. Détlicatellè leur мoiем préparé. .lamais ces deux Favorites de. l’Amour ne quittent ce cabiner;ßel.l.es font. claa.r.gées l’u.nr: 8€ l’autre du foin. de lfornen,

« AnteriorContinuar »