Imagens das páginas
PDF
ePub

II

Lettres de Philippe II, roi d'Espagne, portant commission d'essayeur de la monnaie d'Arras. A Mons, le 23 juin 1581. (Registre des commissions, coté n° 6, fol. 167 V.)

Le Roi, par délibération de son très-cher et très-amé bon neveu le prince de Parme et de Plaisance, lieutenant gouverneur et capitaine général de ses pays de par-deçà, commet Mathias Du Fossé à l'office d'essayeur de la monnaie d'Arras.

On remarque que ces lettres de commission sont antérieures de dix-huit jours aux lettres d'institution de la monnaie d'Arras. Mathias Du Fossé ne prèta d'ailleurs serment, entre les mains des président et gens des comptes de Lille, que le 3 novembre 1581.

III

Lettres de Philippe II portant commission de garde de la monnaie d'Arras. A Mons, le 13 juillet 1581. (Registre des commissions, coté n° 6, fol. 149.)

Le Roi, par délibération du prince de Parme, commet Gilles Martin à l'état et office de wardain de sadite Monnaie d'Arras.

La prestation de serment de Gilles Martin, entre les mains des président et gens des comptes à Lille, est dqtéc du 26 août 1581.

IV

Lettres de Philippe II portant commission de tailleur des coins de la monnaie d'Arras. A Mons, le 28 juillet 1 581. (Registre des commissions, coté n° 6, fol. 168 v°.)

Le Roi, par délibération du prince de Parme, commet à l'office de tailleur de sa monnaie nouvellement érigée en la ville d'Arras, Lucas d'Assonneville, qui prèta serment en cette qualité entre les mains des président et gens des comptes, à Lille, le 22 décembre 1581.

V

Lettres de Philippe II portant commission de maître particulier de la monnaie d'Arras. A Tournay, le 3 février 1582» (Registre des commissions, coté n° 6, fol. 172.)

« Philippes, etc. A tous ceux qui ces présentes verront, salut. Sçavoir faisons que pour le bon rapport que fait nous a esté de la personne de Alexandre Bardoul, bourgeois et natif de nostre ville d'Arras, et de ses sens, ydoineté, suffisance et expérience au faict des monnoies, nous confians à plein de ses léauté, prudhomie et bonne diligence, et sur ce en l'avis premiers de nos biens #amez les mayeurs et eschevins de nostre dite ville d'Arras, en après de nos amez et féaux les président et gens de nostre chambre des comptes à Lille, et conséqunmment des chefs, trésorier général et commis de nos domaine et finances, avons iceluy Alexandre Bardoul commis, ordonné et estably, commettons, ordonnons et establissons par ces présentes en Pestat et office de maistre particulier de la monnoie qu'avons n'agueres fait ériger en nostre dite ville d'Arras, en lui donnant plein pouvoir, authorité et mandement spécial de tenir, exercer et desservir doresnavant ledit office, d'y garder nos droits, hauteur et seigneurie, et au surplus faire bien et dûment, toutes et singulières, les choses que bon et léal maistre particulier peut et doit faire et que y compétent et appartiennent, aux droits, honneurs, prérogatives, prééminences, liberiez, franchises, profflts et émolumens accoustumez et y appartenans; et ce pour un temps et terme de trois ans continuels et ensuivans l'un l'autre, commençant à avoir cours dès ce jour d'huy, date de cettes; moyennant et parmy rendant à nostre profiit tel droit de seigneuriage qu'ont par cy devant payé les maistres particuliers de la monnoie de Bruges, mesmement feu Cornille Van Hoogendort, dernier maistre particulier d'icelle, et outre ce soixante livres du prix de quarante gros de nostre monnoie de Flandres la livre par an, au profiit des gages des officiers de ladite monnoie, paiant le parfait d'iceux gages si avant que la boîte le puisse comporter, sans estre tenu plus avant, autrement seront iceux officiers obligez d'avoir patience; à condition qu'il sera tenu faire ladite boîte en nostre dite chambre chacun an, ou toutes les fois que pour ce il sera mandé, et lors aussi y, rendre compte dudit droit de seigneuriage; pourveu aussy que ledit Bardoul sera tenu de servir iceluy office et soy y régler et conduire selon l'ordonnance et instruction que par les généraux maistres de toutes nos monnoies de par deçà lui sera baillée; sur quoy et de se bien et dûment acquitter en l'exercice dudit estat ledit Alexandre Bardoul sera tenu faire le serment pertinent et bailler caution suffisante, et en outre jurer que pour obtenir ledit estat il n'a offert, promis ny donné, ny fait offrir, promettre ny donner à qui que ce soit, aucun argent ou autre chose queleonque, ny le donnera directement ny indirectement, ny autrement en aucune manière, sauf et excepté ce que s'est accoustumé bailler pour les despesches, et ce ès mains desdits de nos comptes à Lille; et pardessus ce fera aussy semblable serment ès mains desdits maistres généraux de nos monnoies de par deçà, lesquels respectivement commettons à ce, et leur mandons que ledit serment fait et caution baillée par ledit Bardoul, comme dit est, ils le mettent et instituent de par Nous en possession dudit office de maistre particulier de nostre dite monnoie d'Arras, et d'iceluy ensemble des droits, honneurs, prérogatives, prééminences, libertés, franchises, proffits et émoluments dessusdits, ils et tous autres nos justiciers, officiers et sujet cui ce regardera le facent, souffrent et laissent, pour le temps, aux rendages, charges et conditions, selon et en la forme que dit est, pleinement et paisiblement jouir et user, cessans tous contredits et empeschemens au contraire. Car ainsy Nous plaist-il. En tesmoin de ce Nous avons fait mettre nostre seel à ces présentes. Donné en nostre ville de Tournay le troisième jour de février l'an de grâce mil cinq cens quatre vingts et deux, et de nos règnes, à sçavoir des Espagnes, Sicilles, etc., le vingt-septiesme, et de Naples le vingt-neufiesme. »

Sur le reply estoit écrit : « Par le Roy, le baron de Rassenghien, chef, MTM Godefroy Sterck, chevalier, trésorier général, Benoist Carreton, sieur de Chassey, Guillaume de Merode, Lievin Snonch, commis des finances, et autres, présents. » Et signé : « Verreyken. »

Suit le consentement des chef, trésorier général et commis des finances, Tournay 3 février 1582; puis la mention de la prestation de serment d'Alexandre Bardoul entre les mains des président et gens des comptes à Lille le 21 mars de ladite année, ainsi que de la caution fournie le même jour par le nouveau maître particulier.

VI

Sentence rendue par les président et gens des comptes à Lille, contre deux officiers de la monnaie d'Arras, convaincus d'abus et de malversation dans l'exercice de leurs charges. A Lille, le 2 avril 1583. (Registre des Mémoires, coté ne 7, fol. 143 (').)

« Veu les informations, enquestes et besognez faits par messieurs les maistres généraux des monnoyes de pardeçà...

» Les président et gens des comptes à Lille, ensemble Iesdits maistres généraux, le tout veu et considéré, ont condamné et condamnent en l'amende de cinquante florins

(') Dans la collection Colbert, cette pièce se trouve dans le 37e volume de la série des m, fol. 630 à 633.

« AnteriorContinuar »