Imagens das páginas
PDF
ePub
[ocr errors]

Constantinuur Mauro-Cordatu

utriusque Valachiæ ew

Moldavice Princeps

Grave par

Regificos fastus Musarum

vincit amore,

A SON ALTESSE

SÉRÉNISSIM E CONSTANTIN MAURO-CORDATO;

DESPOT E *

DES DEUX VALA CHIES

ET DE MOLDAVIE.

NI

ONSEIGNEUR,

L'amour singulier de VOTRE ALTESSE pour les Lettres , son génie , fón érudition,

* Prince Souverain. Tome I.

fon goût, l'estime qu'elle fait des bons Ecrivains François , le soin qu'elle prend de se procurer à grands frais tous leurs Ouvrages, enfin fon inclination particuliére pour la France , conforme à celle de la SUBLIME PORTE , m'ont engagé à lui demander la permision de mettre son illustre nom à la tête de ma traduction des auvres de VIRGILE. La Lettre qu'elle m'a fait la grace de m'écrire à ce sujet, en me donnant une haute idée de sa politesse & de ses lumiéres , m'a fait connoître

que les qualités de fon cæur étoient encore au-dessus de celles de son efprit.

Lorsque je considére , MONSEIGNEUR, les Loix admirables que vous avez faites pour le bonheur de vos peuples *, & la fagesse avec laquelle vous les gouvernez, je ne suis point étonné de la protection particuliére , que vous accordez aux sciences & aux talens , & de votre Zéle pour faire

* Elles sont imprimnées dans le Mercure de Juillet 1742.

01-7-42 LS

haten
allant
12:37-41
44515
tv.

E P I T R E.
fleurir les Lettres dans les pays soumis à
votre autorité. Vous êtes persuadé, Mon.
SEIGNEUR , que le fçavoir eu le génie font
cc qui illuftre le plus une nation, en ce qui
contribue principalement à la rendre florif-
sante ; que les Lettres forment les hommes,
qu'elles perfectionnent la raison & les meurs,
& qu'elles apprennent également à comman-
der à obéir : que l'esprit cultivé fait nai-
tre les Arts ou en håte le progrès , &
conséquemment celui du commerce , & atti-
re imperceptiblement chez une nation polie,
sçavante , e industrieuse les richesses des
nations étrangéres. C'est donc en suivant
non feulement votre goût particulier, Mon-
SEIGNEUR, mais encore les conseils d'une
solide politique, ignorée de ceux qui ne pen-
fent point , & qui distinguent mal à propos
les services rendus à l'Etat de ceux qu'on
rend aux Sciences de aux Arts, que vous
vous efforcez de les faire goûter à vos su-
jets, & que votre exemple di vos récom-

25

« AnteriorContinuar »