Les plus belles lettres françoises sur toutes sortes de sujets, tirées des meilleurs auteurs: Avec des Observations sur l'art d'écrire les lettres, Volume 1

Capa
Pierre Richelet
Aux depens de la Compagnie, 1753
 

Opinião das pessoas - Escrever uma crítica

Não foram encontradas quaisquer críticas nos locais habituais.

Páginas seleccionadas

Outras edições - Ver tudo

Palavras e frases frequentes

Passagens conhecidas

Página 312 - Véritablement hommes, Et meurent comme nous. Ont-ils rendu l'esprit, ce n'est plus que poussière Que cette majesté si pompeuse et si fière, Dont l'éclat orgueilleux étonnait l'univers; Et, dans ces grands tombeaux où leurs âmes hautaines Font encore les vaines, Ils sont mangés des vers.
Página 187 - ... des actions qui le soient si fort. La France, que vous venez de mettre à couvert de tous les orages qu'elle craignait, s'étonne qu'à l'entrée de votre vie vous ayez fait une action dont César eût voulu couronner toutes les siennes, et qui redonne...
Página 51 - Créqui * que de ce que vous faites, et nous avons plus de deux généraux d'armée qui ne font pas tant de bruit avec trente mille hommes 3 que vous en faites dans votre solitude.
Página 82 - Vos impertinentes protestations d'amitié et les civilités ridicules de votre dernière lettre m'ont fait voir que vous aviez reçu toutes celles que je vous ai écrites, qu'elles n'ont causé dans votre cœur aucun mouvement et que cependant vous les avez lues.
Página 81 - Adieu, j'ai plus de peine à finir ma lettre que vous n'en avez eu à me quitter peutêtre pour toujours. Adieu, je n'ose vous donner mille noms de tendresse ni m'abandonner sans contrainte à tous mes mouvements. Je vous aime mille fois plus que ma vie et mille fois plus que je ne pense; que vous m'êtes cher! et que vous m'êtes cruel! Vous ne m'écrivez point, je n'ai pu m'empêcher de vous dire encore cela. Je vais recommencer, et l'officier partira; qu'importe qu'il parte, j'écris plus pour...
Página 82 - ... que je n'eusse osé l'entreprendre si j'eusse pu prévoir tant de difficultés et tant de violences. Je suis persuadée que j'eusse senti des mouvements moins désagréables en vous aimant, tout ingrat que vous êtes, qu'en vous quittant pour toujours.
Página 265 - Mes prunelles ont achevé sur vous de grands voyages; et le jour que vous éboulâtes corporellement jusqu'à moi, j'eus le temps de parcourir votre hémisphère, ou, pour parler plus véritablement, d'en découvrir quelques cantons. Mais comme je ne suis pas tout seul les yeux de tout le monde, permettez que je donne votre portrait à la postérité, qui un jour sera bien aise de savoir comment vous étiez fait. On saura donc, en premier lieu, que la Nature qui vous ficha une tête sur la poitrine,...
Página 87 - Charles , roi d'Angleterre , avoit de grands yeux noirs, les sourcils fort épais et qui se joignoient, le teint brun, le nez bien fait, la forme du visage longue, les cheveux noirs et frisés. Il étoit grand et avoit la taille belle; il avoit l'abord froid , et cependant il étoit doux et civil dans la bonne plus que dans la mauvaise fortune ; il étoit brave , c'est-à-dire qu'il avoit le courage d'un soldat et l'âme d'un prince; il avoit de l'esprit , il aimoit ses plaisirs, mais il aimoit encore...
Página 74 - Je vis, infidèle que je suis, et je fais autant de choses pour conserver ma vie que pour la perdre. Ah! j'en meurs de honte : mon désespoir n'est donc que dans mes lettres? Si je vous aimais autant que je vous l'ai dit mille fois, ne serais-je pas morte il ya longtemps?
Página 69 - J'avoue cependant que l'occasion que mon frère m'a donnée de vous écrire a surpris en moi quelques mouvements de joie, et qu'elle a suspendu pour un moment le désespoir où je suis. Je vous conjure de me dire pourquoi vous vous êtes attaché à m'enchanter comme vous avez fait, puisque vous saviez bien que vous deviez m'abandonner?

Informação bibliográfica