Imagens das páginas
PDF
ePub

diversæque curc... Attaqué par un guerrier redoutable, huic Messapus..., le danger que peint si bien cette position, substitit..., se collegit in arma..., et le résultat du coup, apicem hasta tulit..., réveillent sa colère : sa générosité cède à la nécessité d'une défense légitime, insidiis subactus ; et encore a-t-il besoin de se la justifier à lui-même, multa Jovem testatus... Alors seulement, jàm tandèm, il ne s'abstient plus du carnage, et le héros reparaît graduellement dans toute sa force et avec toute sa fureur, terribilis, sævam..., irarumque omnes effundit habenas.

Si Turnus perd sa grandeur en présence d'Énée, il conserve du moins sa supériorité sur les autres guerriers. Le parallèle des exploits des deux héros nous montre dans le Rutule un digne rival du Troyen. Cette espèce d'invocation, quis mihi nunc Deus... renouvelle l'attention du lecteur ; elle annonce en même temps le genre de l'action, tot acerba..., inque vicem nunc Turnus... , nunc... ; et combien la scène s'anime et s'élève par cette noble exclamation du poëte et par la beauté de l'opposition, tantonplacuit..., motu..., æternâ... pace futuras ! - Énée commence et ne tue qu’un guerrier, Rutulum Sucronem...; les détails font sentir la force du coup, quà fata celerrima.., transadigit...: Turnus en tue deux, Amycum fratremque..., un acte de cruauté, une image effrayante lui conservent son caractère, abscissa... capita, curru

Diversæque vocant animum in contraria curæ.
Huic Messapus, utì lævà duo fortè gerebat
Lenta, levis cursu, præfixa hastilia ferro,
Horum unum certo contorquens dirigit ictu.
Substitit Æneas, et se collegit in arma,
Poplite subsidens : apicem tamen incita summum
Hasta tulit, summasque excussit vertice cristas,
Tum verò assurgunt iræ, insidiisque subactus,
Diversos ubi sensit equos currumque referri,
Mulla Jovem et læsi testatus foederis aras,
Jam tandem invadit medios, et, Marte secundo
Terribilis, sævam nullo discrimine cædem
Suscitat, irarumque omnes effundit habenas.

Quis mihi nunc tot acerba deus, quis carmine cædes
Diversas, obitumque ducum, quos æquore toto
Inque vicem nunc Turnus agit, nunc Troius heros,
Expediat? Tanton' placuit concurrere motu,
Jupiter, æternâ gentes in pace futuras !

Æneas Rutulum Sucronem (ea prima ruentes
Pugna loco statuit Teucros) haud multa moratus
Excipit in latus, et, quà fata celerrima, crudum
Transadigit costas et crates pectoris ensem.
Turnus equo dejectum Amycum, fratremque Dioren,
Congressus pedes, hunc venientem cuspido longa,

[ocr errors]

suspendit, rorantia sanguine portat.—Ensuite Énée immole quatre ennemis et Turnus trois; le poëte a réservé pour le Rutule des détails qui font déplorer sa victoire ; nous voyons tomber sous ses coups des frères et un guerrier dont les goûts et la profession isspirent nn intérêt touchant, juvenem exosum nequidquam bello, circum flumin i ars fuerat, pauperque domus... ; remarquez d'ai:leurs le contraste des idées champêtres avec l'horrible scène des combats. – La double comparaison, velut... ignes..., aut ubi... amnes...,

et l'expression générale de la fureur guerrière, Æneas Turnusque..., nunc, nunc fluctuat ira..., interrompent l'uniformité du parallèle. La naissance de Murranus, atavos... sonantem..., per reges actum genus, et la force du coup qui le renverse. præcipitem scopulo... excutit, ennoblissent la victoire d'Énée: sans que le héros en devienne odieux, les détails suivants renden: le tableau plus terrible et plus touchant, hunc lora..., ungu!.... proculcat, nec domini memorum... equorum. Quoique ce vers, ilk ruenti Hyllo..., annonce le courage du guerrier immolé par Turnus, on voit que le poëte a conservé l'avantage à son héros. – Les apostrophes suivantes animent et varient le parallèle, ne te..., Graiúm fortissime... Crétée a pour lui la force de son bras,

Hunc mucrone ferit; curruque abscissa duorum
Suspendit capita, et rorantia sanguine portat.
Ille Talon, Tanaimque neci, fortemque Cethegum,
Tres uno congressu, et mestum mittit Onyten,
Nomen Echionium, matrisque genus Peridiæ:
Hic fratres Lycià missos et Apollinis agris,
Et juvenem exosum nequidquam bella Menoten
Arcada; piscosæ cui circum flumina Lernæ
Ars fuerat, pauperque domus; nec nota potentům
Munera ; conductàque pater tellure serebat.
Ac velut immissi diversis partibus ignes
Arentem in sylvam et virgulta sonantia lauro;
Aut ubi decursu rapido de montibus altis
Dant sonitum spumosi amnes, et in æquora currunt,
Quisque suum populatus iter: non segniùs ambo
Æneas Turnusque ruunt per prælia: nunc, nunc
Fluctuat ira intus; rumpuntur nescia vinci
Pectora; nunc totis in vulnera viribus itur.
Murranum hic, atavos et avorum antiqua sonantem
Nomina, per regesque actum genus omne Latinos,
Præcipitem scopulo atque ingentis turbine saxi
Excutit, effunditque solo : hunc lora et juga subter
Provolvère rotæ; crebro supèr ungula pulsu
Incita nt's domini memoruni proculcat equorum :
Ille ruenti Hyllo animisque immanè frementi
Occurrit, telumque aurata ad tempora torquet ;
Olli per galeam fixo stetit hasla cerebro.

dextera tua, et Cupencus la protection de ses dieux, nec Di... sui; la victoire d'Énée est encore plus belle. -- Virgile a réservé pour le dernier fait les détails les plus intéressants, te quoque..., Æole... : la plupart des idées présentent avec grandeur la bizarrerie du destin d'Eole et inspirent la pitié, surtout les deux derniers vers, où le souvenir répété de son ancienne fortune et les noms de sa patrie forment une opposition si noble et si touchante avec le genre et le lieu de sa mort..., solo Laurente sepulcrum. Ce tableau soutenu des exploits simultanés d'Énée et de Turnus suppose des deux côtés un avantage égal. L'aspect général de la bataille offre la même idée, tota..., conversæ acies... vasto certamine tendunt: nous y voyons l'acharnement des combattants, l'incertitude de la victoire, et cette crise prolongée que va décider enfin un mouvement inattendu.

[ocr errors]

Troisième partie de la bataille : l'attaque de Laurente et la mort d’Amate.

La description d'un assaut doit jeter une heureuse variété dans le récit; mais le but véritable de l'action est beaucoup plus important. L'attaque de Laurente amènera la mort de la reine; nous en verrons même résulter ensuite la rencontre des deux héros. Aussi le poëte commence-t-il par nous présenter cette résolution comme une inspiration divine, mentem Æneæ genitrix... misit... - La vraisemblance exigeant que Turnus ne tarde pas trop à s'apercevoir du mouvement de l'armée troyenne, Virgile donne à l'action la promptitude nécessaire, adverteret agmen

[ocr errors]

Dextera nec tua te, Graiúm fortissime, Creteu,
Eripuit Turno; nec Di texêre Cupencum,
Æneà veniente, sui : dedit obvia ferro
Pectora, nec misero clypei mora profuit ærei.
Te quoque Laurentes viderunt, Æole, campi
Oppetere, et latè terram consternere tergo :
Occidis, Argivæ quem non potuêre phalanges
Sternere, nec Priami regnorum eversor Achilles ;
Hìc tibi mortis erant metæ : domus alta sub Idà,
Lyrnessi domus alta, solo Laurente sepulcrum.

Totæ aded conversæ acies, omnesque Latini,
Omnes Dardanidæ, Mnesthous, acerque Serestus,
Et Messapus equùm domitor, et fortis Asylas,
Tuscorumque phalanx, Evandrique Arcadis alæ :
Pro se quisque viri sunimà nituntur opum vi;
Nec mora, nec requies; vasto certamine tendunt.

Hic mentem Æneæ genitrix pulcherrima misit,
Iret ut ad muros, urbique adverteret agmen

ocyùs, subita turbaret clade...: c'est l'idée qui résulte du préambule et du discours d’Énée. Avec quelle vivacité, quelle énergie les ordres sont donnés, ne qua meis esto dictis mora... neu quis... segnior ito..., ferte faces properè...! On sent la confiance du guerrier dans ces paroles, Jupiter hâc stat, son courroux dans l'eiagération de la menace, urbem... regna ipsa Latini... eruam, et æqua solo..., la noble indignation du courage frustré dans la pensée et le ton de ces deux vers, scilicet expeciem libeat dum... Turno... Ce discours respire tout le feu de la bataille. Cependant le héros, qui tout à l'heure se faisait scrupule d’immoler d'autres guerriers que Turnus, devrait-il attaquer maintenant la ville même de Latinus moins coupable à son égard ? Il semble que Virgile prenne soin de répondre à cette objection par le souvenir des traités rompus, fædusque reposcite..., et surtout par les reproches légitimes que dans son courroux Énée adresse au roi lui-même, magnâ incusat voce Latinum, testaturque Deos... se ad prælia cogi..., hæc altera fædera rumpi. – L'intention du poëtë est de peindre la terreur des habitants de Laurente; nous en concevrons mieux l'effroi subit de la reine. Voyez d'abord l'ardeur des Troyens, leur nombre et leur marche, animis pariter certanti !

Ocyùs, et subitâ turbaret clade Latinos.
Ille, ut vestigans diversa per agmina Turnum,
Huc atque huc acies circumtulit, adspicit urbem
Immunem tanti belli atque impunè quietam.
Continuò pugnæ accendit majoris imago.
Mnesthea, Sergestumque vocat, fortemque Serestum,
Ductores; tumulumque capit, quò cætera Teucrùm
Concurrit legio; nec scuta aut spicula densi
Deponunt : celso medius stans aggere fatur :
« Ne qua meis esto dictis mora; Jupiter hàc stat :
Neu quis ob inceptum subitum mihi segnior ito.
Urbem hodie, causam belli, regna ipsa Latini,
Ni frenum accipere et victi parere fatentur,
Eruam, et æqua solo fumantia culmina ponam.
Scilicet exspectem, libeat dum prælia Turno
Nostra pati, rursusque velit concurrere victus?
Hoc caput, o cives, hæc belli summa nefandi.
Ferte faces properè, fædusque reposcite flammis. »

Dixerat; atque animis pariter certantibus omnes
Dant cuneum, densàque ad muros mole feruntur.
Scalæ improvis), subitusque apparuit ignis
Discurrunt alii ad portas, primosque trucidant;
Ferrum alii torquent, et obumbrant othera telis.
Ipse inter primos dextram sub mænia rendit
Æneas, magnáque incusat voce Latinum;
Testaturque Deos iterum se ad prælia cogi,
Bis jam Italos hostes, hæc altera fædera rumpi,

bus omnes, densd... mole feruntur, l'image menaçante de l'assaut, scalæ improvisò..., ignis, les gardes surpris et égorgés..., primosque trucidant..., enfin le héros lui-même, ipse inter primos dextram... Æneas, magnâque... voce... Nous avons déjà vu une description du même genre plus complète et plus terrible (liv. xi, v. 876); mais la disposition d'une partie des Latins exprimée d'abord, urbem... reserare jubent..., permet de supposer dans la défense moins d'ardeur et d'impétuosité. Sans insister sur les détails, Virgile a recours, pour le complément du tableau, aux idées moins positives d'une comparaison pleine de poésie : remarquez surtout l'image principale, intus trepidæ rerum per cerea castra discurrunt... : les deux derniers vers présentent des rapports moins sensibles, et ne sont ajoutés que pour achever le tableau de la comparaison.

Le genre et l'ordre des détails rendent vraisemblables l'erreur d'Amate et sa résolution : 1° la marche de l'ennemi et l'attaque de la ville, venientem prospicit..., ignes ad tecta volare ; 2° point de secours de la part de Turnus, nusquàm acies... Rutulas , nulla agmina Turni , et cette conjecture naturelle , juvenem... credit exstinctum ; 3° la conséquence, subito mentem turbata dolore... : pour échapper au vainqueur, il ne lui reste plus que d'accomplir ses menaces contre elle-même (v. 54). — Suivant la tradition, la reine s'était laissée mourir de faim : mais il faut ici que la mort soit prompte, nodum... trabe nectit ab altâ. Comparez le rôle d'Amate, inspirée par Alecton, avec les nobles fureurs de Didon contre Énée et contre Rome; c'en est assez pour rendre raison de ce genre

Exoritur trepidos inter discordia cives :
Urbem alii reserare jubent et pandere portas
Dardanidis, ipsumque trahunt in menia regem;
Arma ferunt alii, et pergunt defendere niuros.
Inclusas ut quum latebroso in pumice pastor
Vestigavit apes, fumoque implevit amaro,
Illæ intus trepidæ rerum per cerea castra
Discurrunt, magnisque acuunt stridoribus iras;
Volvitur ater odor tectis; tum murmure cæco
Intus saxa sonant; vacuas it fumus ad auras.

Accidit hæc fessis etiam fortuna Latinis,
Quæ totam luctu concussit funditus urbem.
Regina ut tectis venientem prospicit hostem,
Incessi muros, ignes ad tecta volare,
Nusquam acies contrà Rutulas, nulla agmina Turni :
Infelix pugnæ juvenem in certamine credit
Exstinctum ; et, subito mentem turbata dolore,
Se causam clamat crimenque caputque malorum;
Multaque per mæstum demens effata furorem,

« AnteriorContinuar »