Imagens das páginas
PDF
ePub

Si les rapports que j'ai lus depuis 46 ans ont été accueillis avec faveur, ce n'est point å moi qu'en revient le mérite, c'est à vous seuls. Vos travaux que j'ai analysés ont fourni tout l'intérêt qu'ils ont présentés. Je n'ai fait qu'exposer des tableaux et les mettre en lumière, et je n'étais ni le peintre ni l'inventeur du sujet.

J'étais loin de m'attendre à la flatteuse distinction dont vous m'honorez. Je ne suis point un des fondateurs de la Société, mais j'ai assisté à ses débuts, et je pourrai vous dire quels développements elle a reçus.

Si nous jetons un coup d'oeil en arrière sur la route qu'elle a parcourue, nous n'aurons certainement qu'à nous féliciter des travaux accomplis ; mais, si nous regardons en avant, la route reste plus longue encore, et les matériaux à relever sont loin d'avoir été tous recueillis, Que d'inventaires, de documents historiques concernant la province sont à faire, que de cartulaires, que d'archives à dépouiller, combien de villes et de communes n'ont point encore d'histoire et attendent de nous l'accomplissement de promesses que nous n'avons point faites assurément, et que l'on considère cependant comme des obligations de notre institution et de nos statuts.

Mais je ne veux point anticiper, l'histoire de nos travaux trouvera sa place un peu plus tard avec le programme de ce qui est le plus urgent. Qu'il me suffise de vous dire aujourd'hui que, si nous avons travaillé, il nous faut travailler encore: laboremus. Car, tant qu'il reste à faire quelque chose, comme le disait naguère un de mes prédécesseurs, la tâche n'est point accomplie :

Nil actum reputans, dum quid superesset agendum, et c'est aussi, j'en suis convaincu, la pensée de la Société toute entière.

Nous n'avons qu'à suivre pour cela l'exemple que nous ont donné nos devanciers. Les sujets d'étude ne manquent point, tout en restant renfermés dans les limites qu'ils ont tracées et que quelques-uns trouvent trop étroites. Les hommes capables de les traiter ne feront point défaut et j'en pourrais citer plus d'un qui déjà se sont mis à l’quvre. Je ne veux flatter personne, veuillez le croire. Dans mes rapports je n'ai jamais fait ni l'éloge ni la critique de vos travaux, je ne m'en croyais ni le devoir, ni le droit. Nous ne sommes point une Société d'admiration mutuelle. Ce sentiment conduit trop souvent à l'égoïsme, le dissolvant le plus triste des liens de confraternité et de bonne amitié qui doivent unir les membres d'une association où l'on se propose un but commun. Vous l'avez toujours poursuivi avec trop de zèle pour que nous ayons rien à craindre de ce côté. Si, dans certaines années, nous avons eu des défaillances, nous nous sommes bientôt relevés, et, comme chez les hommes biens constitués, ces crises n'ont été que passagères, et même nous n'avons point tardé à reconnaître qu'elles n'étaient qu'apparentes, et que si plusieurs des nôtres n'ont point apporté de lectures à nos séances c'est qu'ils étaient attachés à des travaux de longue haleine qu'ils ont su heureusement achever.

Les publications que nos collègues font en dehors de nos mémoires nous appartiennent aussi, et nous sommes fiers de leurs succès. Ainsi la traduction des Evangiles dont les notes et les éclair. cissements ont placé M. l'abbé Crampon parmi les exégètes les plus distingués, la Vie agricole de M. de Calonne, que l'Institut a honorée de sés suffrages, les Histoires d'Amiens et de Picardie qui ont valu à M. Janvier les palmes d'Officier d'Académie, les Notes sur la Révolution dans le département, par M. Darsy, que le pu. blic a si bien accueillies, nous les revendiquons pour l'honneur de notre compagnie.

Si le succès n'est point donné à tous, que les timides se rassurent; ne craignons point la critique. Être discuté n'est point le fait

de tout le monde ; c'est une preuve de l'intérêt que notre æuvre a provoqué et qui souvent nous fait écouter cette voix intérieure qui combat la trop grande confiance que nous avons dans nos propres jugemenls, nous corrige et nous fait valoir mieux. Excusez, Messieurs, cette digression ; je reviens å mon sujet.

Vous avez eu confiance en moi ; j'ai confiance en vous et j'espère que, grâce à votre activité et å votre bienveillance, ma tâche me sera rendue facile.

La commission qui s'occupe de l'Exposition fait tous ses efforts pour la faire réussir, et elle saura, par le catalogue qu'elle se propose de publier, rehausser la valeur des objets qui lui seront confiés et dont le nombre paraît devoir être considérable.

La Commission du Congrés historique et archéologique a rédigé un programme qui éveillera l'attention. Permettez-moi de vous prier de préparer à l'avance,je ne dirai point des réponses å toutes les questions, mais de réunir pour la plupart des notes et des renseignements qui pourront alimenter ou provoquer des discussions que nous devons rendre aussi utiles qu'intéressantes. Il suffit quelquefois de mettre sur la voie pour amener un résultat, aussi ne devons nous négliger aucune occasion, aucun moyen pour y parvenir.

Je vous remercie, Messieurs, de m'avoir donné pour adjoints MM. de Calonne et Durand. Nul plus que moi n'applaudit à ces nominations. Le premier å fait ses preuves comme président, il a montré le talent et le tact nécessaires dans ces fonctions ; le titre d'élève à l'École de Chartes du second suffit pour m'assurer une collaboration aussi active qu'efficace. D'un autre côté, le désintéressement de notre trésorier nous garantit une intelligente direction de nos intérêts matériels.

Je fais des veux pour que cette année qui s'annonce sous de si heureux auspices ne soit point attristée comme l'année dernière, et que nous n'ayons point å inscrire de nouveaux noms au né

crologe de la Compagnie, mais plutôt de voir s'augmenter la liste de nos associés dont les demandes d'inscription sont pour nous des témoignages de sympathie et d'un concours que nous sommes heureux d'accepter.

En terminant je vous demande un vote de remerciement pour le bureau que nous remplaçons aujourd'hui et qui s'est acquitté de sa tâche avec un dévouement et une distinction que je m'efforcerai d'imiter. Je serais heureux d'inaugurer ma présidence par cet acte de justice. Vous approuverez, j'en ai la certitude, la proposition que j'ai l'honneur de vous faire, et je vous en serai très reconnaissant.

Ces deux discours sont vivement applaudis.

- M. Pinsard présente la magnifique collection de dessins donnés par Mm. Herbault. Une commission composée de MM. Antoine, Janvier et Pinsard est chargée de la faire connaitre par un rapport à la Société.

- M. Crampon offre, au nom de M. Pouy, son dernier ouvrage ayant pour titre : Concini.

Des remerciements sont votés à M. Pouy.

- La parole est donnée à M. Duvette, trésorier, qui présente le compte de sa gestion financière pour l'année 1885.

Une commission composée de MM. Darsy, Dubois et Poujol de Fréchencourt est chargée de l'examiner et de proposer le budget de 1886.

- M. Janvier demande que M. R. de Guyencourt soit adjoint à la Commission de l'Exposition. Cette proposition est acceptée et la Commission autorisée à s'adjoindre les membres dont le concours lui paraitra nécessaire.

- L'ordre du jour appelle le renouvellement des diverses commissions.

- La commission des recherches est formée de MM. Antoine, Duhamel, Janvier, Pinsard et de Guyencourt,

- Il est procédé au scrutin secret pour la commission d'impression ; sont élus MM. Crampon, Darsy, Duhamel, Duval et Josse.

** La commission des dessins se composera des membres de la commission d'impression et de M. An. toine, Janvier et Pinsard,

- Lecture est donnée du travail de M. Cappe sur la prison de St-Léger qu'il place sous la chapelle du château de Lucheux (Somme).

- M. R. de Guyencourt entretient la Société de la démolition regrettable qui a été faite dans le courant de l'année 1885 du château de Mailly-Raineval ; il en donne une description accompagnée de dessins.

- M. Josse demande la parole pour signaler une lacune qui existe dans la salle des séances. Il propose qu'une plaque commémorative y rappelle les noms des bienfaiteurs de la Société.

Cette proposition est adoptée et une commission composée du bureau et de MM. Antoive et Pinsard est chargée de prendre les mesures nécessaires à son exéculion.

- M. le Président demande qu'il soit également placé dans la salle un tableau contenant les numéros des fauteuils et les noms par ordre de tous les membres titulaires qui les ont occupés. Cette proposition est adoptée.

« AnteriorContinuar »