Bibliothèque historique de Diodore de Sicile, Volumes 3-4

Capa
Adolphe Delahays, 1851
 

Opinião das pessoas - Escrever uma crítica

Não foram encontradas quaisquer críticas nos locais habituais.

Outras edições - Ver tudo

Palavras e frases frequentes

Passagens conhecidas

Página 464 - Il construisit aussi le temple le plus vénéré chez les Juifs; il institua le culte divin et les cérémonies sacrées, donna des lois, et fonda un gouvernement politique ; il divisa le peuple en douze tribus, parce que ce nombre était réputé le plus parfait, et correspondait aux douze mois de l'année. Il ne fabriqua aucune idole, parce qu'il ne croyait pas que la divinité eût une forme humaine, mais que le ciel qui environne la terre est le seul dieu et le maître de l'univers. Les institutions...
Página 326 - III. 28 l'autre , était fixé dans toute la hauteur du monument un mécanisme tournant pour préserver la voûte des secousses qu'aurait pu lui imprimer le char en roulant sur un terrain inégal et raboteux. Quatre timons étaient fixés au char, et à chaque timon un train de quatre jougs, et chaque joug composé de quatre mulets, ce qui formait un attelage de soixante-quatre mulets, choisis parmi les plus vigoureux et les plus élancés. Chacun de ces animaux portait sur sa tête une couronne...
Página 464 - A la tôte de cette colonie était un nommé Moïse, homme d'une sagesse et d'un courage rares. Il vint occuper ce pays, et fonda, entre autres villes, celle qui porte le nom de Jérusalem , et qui est aujourd'hui très-célèbre. Il construisit aussi le temple le plus vénéré chez les Juifs; il institua le culte divin et les cérémonies sacrées, donna des lois , et fonda un gouvernement...
Página 227 - Il se rendit donc auprès de celui qui venait d'être désigné commejroi de Tyr, et lui apporta le manteau royal. Il trouva ce pauvre homme couvert de haillons, et occupé dans un jardin à puiser de l'eau pour un faible salaire; après lui avoir appris l'événement, il le revêtit des ornements royaux, le conduisit sur la place publique, et le proclama roi desTyriens.
Página 114 - Agathocle , sans communiquer ce plan à aucun de ses amis, confia à son frère Antandre le gouvernement de Syracuse, avec une forte garnison. En même temps il fit de grandes levées de troupes, et ordonna aux fantassins de se tenir sous les armes , et aux cavaliers de se munir, indépendamment d'une armure complète, de selles et de brides, afin qu'ils fussent prêts à monter les chevaux dont ils pourraient s'emparer; car, dans sa dernière défaite, la plus grande partie de l'infanterie avait...
Página 464 - ... divins. A la fin des lois se trouvent écrits ces mots : Moïse a entendu ces paroles de Dieu et les transmet aux Juifs. Ce législateur a même porté son attention sur ce qui concerne l'art militaire : il obligea les jeunes gens d'acquérir, par les exercices , de la bravoure et de la vigueur pour supporter toutes les fatigues. Il entreprit aussi plusieurs expéditions contre les peuples voisins , conquit beaucoup de terres qu'il distribua par portions égales aux simples particuliers ; mais...
Página 116 - Mais comme, par la suite, plusieurs hommes s'étaient, dans leur extase, précipités dans l'abîme et qu'ils avaient tous disparu, les habitants de l'endroit, pour prévenir de pareils accidents, instituèrent comme unique prophétesse une femme qui rendait les oracles : on construisit pour elle une machine sur laquelle elle montait sans danger pour recevoir les inspirations et rendre les oracles à ceux qui l'interrogeaient. Cette machine reposait sur trois pieds; de là son nom de trépied...
Página 74 - Thébains pour leur demander des secours etPélopidaspour chef; car ils savaient que celui-ci était personnellement irrité contre le tyran Alexandre, qui l'avait jeté en prison, et ils le connaissaient en même temps pour un homme renommé par sa bravoure et son talent stratégique. Les Béotiens se réunirent en une assemblée générale, et, après avoir pris connaissance de la mission des envoyés, ils accordèrent tout ce que les Thessaliens leur demandaient. Ils firent partir sur-le-champ...
Página 310 - Mais elle, inexora» blé et étouffant tout sentiment d'humanité, fit enfermer » pendant cinq jours le cadavre de Vodostor avec Amilcar, et » ne fit donner à ce dernier un peu de nourriture que pour » prolonger ses souffrances. Amilcar, voyant ses supplications » sans succès, invoqua, à grands cris, Jupiter hospitalier, et » tous les dieux qui veillent sur les hommes; il se plaignait » de subir un traitement inhumain en retour de bons procë
Página 227 - Hephxstion avait d'abord songé à le proclamer souverain de la ville. Mais celui-ci, quoiqu'un des citoyens les plus riches et les plus considérés, refusa cette offre , comme n'ayant aucune parenté avec la famille royale.

Informação bibliográfica