Imagens das páginas
PDF
ePub

VOYAGE
EN ANGLETERRE,

PENDANT LES ANNÉES 1810 ET 181 1;

AVEC

· DES OBSERVATIONS SUR L'ÉTAT POLITIQUE ET MORAL, LES ARTS

ET LA LITTÉRATURE DE CE PAYS,
USAGES DE SES HABITĂNS ;

ET SUR LES MOEURS ET LES

PAR Louis

PAR LO SIMOND.

Orné de 15 Planches et de 13 Vignettes.

SECONDE ÉDITION, REVUE, CORRIGÉE ET AUGMENTÉE.

TOME PREMIER.

A PARIS,
Chez TREUTTEL et WÜRTZ, Libraires, rue de Bourbon,

no I7
A STRASBOURG et à Londres, même Maison de commerce,

S.C.I.

CENOX LIBRARA NEW YORK

PRÉFACE

L'AUTEUR de cet ouvrage a passé près de deux ans en Angleterre. Né en France, il avait résidé plus de vingt ans en Amérique avant de faire ce voyage. A peine débarqué, le souvenir des amis qu'il avait laissés aux États-Unis vint troubler le charme des sensations qu'il éprouvait; il voulut prévenir leurs regrets, et adoucir les siens en consignant dans un Journal simple et fidèle toutes ces impressions fugitives qui se produisent et s'effacent par la succession et la diversité de tous les objets nouveaux que la curiosité avide des voyageurs

leur fait partout rechercher, partout admirer, et que la satiété leur fait bientôt oublier

Ce Journal a été d'abord écriton anglais, parce que la langue anglaise est devenue, par un long usage, plus familjere au voyageur que la sienne propre, et parce que les personnes et les choses qu'il avait à observer se décrivaient plus naturellement dans la langue du pays que dans aucune

[ocr errors]

autre. Il n'avait d'abord d'autre objet , comme il l'a dit plus haut, que celui de donner à ses amis absens le plaisir de le suivre, de voir et de penser avec lui. Ce ne fut que vers les derniers temps de son séjour en Angleterre que, pour la première fois de sa vie, il. lui vint dans l'esprit de faire un livre. Quelques personnes å qui il fit voir son "Journal, y trouvèrent de l'intérêt; mais il n'a garde pourtant de les inculper : leur approbation n'était pas un conseil; il ne s'est point rendu à leurs sollicitations, et lui seul demeure responsable des conséquences de sa témérité.

Il n'existe presque aucune relation de voyage en Angleterre écrite par un Français '; du moins l'auteur n'en connaît point qui mérite d'êire citée. M. Faujas de SaintFond: n'a: cherché et n'a décrit

que

des minérăux, mesdames Rolland, de Genlis et de Staët n'ont parlé qu'incidemment de ce qu'elles avaient vu en Angleterre; le chevalier Hamilton n'a donné que la chro

.

"On écrivait ceci en 1812.

PRÉFACE.

vij nique scandaleuse d'une Cour plus que galante; Sully ne s'est occupé que de son ambassade.

Quant à l'auteur de ce Voyage, il n'a pas seulement traversé l'Angleterre, il y a vécu sans autre affaire que celle de voir. Marié à une Anglaise, compagne de son voyage, il lui doit, entr'autres avantages, celui de la familiarité et de l'intimité pour ainsi dire domestiques d'un grand nombre de

personnes recommandables. La langue anglaise n'a pas été pour lui, comme pour ses devanciers, un obstacle, mais un moyen facile de s'instruire; il a donc pu espérer de mieux faire ce qui avait été à peine entrepris avant lui.

Maintenant il se trouve encore dans une position toute nouvelles, il faut qui se traduise lui-même, et dans sa propre langue. Je suis changé, répondait plaisamment un hypocondriaque à quron trouvait l'air changé. Voici un livre traduit; car l'auteur est obligé d'avouer que, quand une idée naît dans son esprit, c'est dans la langue anglaise que l'habitude lui fait

« AnteriorContinuar »