Imagens das páginas
PDF

La Fée Bonine ving, (Щит: 1а parole qu’elle avoit donnée à"laiPrince'fI`e , la prendre le lendemain pour la conduire dans fon exil. Son char étoit attelé de 'huit Tourterelles: Tramarine Se Céliane y monterent avec la 'Fée , 8: ces oifeaux fenclirent ' aufïì-tôt les

’airs avec une telle rapidité ,

que la Chanceliere u1 étoit fur
un 'balcon avec рт?
zones de fon parti, qui fe fai-
.foient un plaifir malin de les

[ocr errors]

voir partir, les perdirent de'

[ocr errors]

triomphe pour fuivre Trama- .

tine.

' Aux approches de 'la Tour, la Fée qui vouloir dérober ' ' D ij

[ocr errors][ocr errors][ocr errors]

dre une Muíique dont les accords éroient délicieux. Tra­

.marineif'urprife d’une pareille

réception , fe fenrit pénétrée des nouvelles obligations qu’elle avoit à Bonine. . Le Concert fini, elle deГcen¿ . dit de fonfTr.ône pour pallet dans une .autre .Pièce où elle

[graphic]

fut fervie de mêts les plus délicats. La Fée , en fe mettant à table entre Tramarine 8: Célianе, leur demanda fi elles .croyoient que le féjour qu’elle :leur avoit préparé , fût capable d’adoucir les rigueurs de l’exi1 de la Princefie. Je n’ai pu m’oppofer .à votre deflzinée, .ajouta Bonine; mais ce que je

.puisvous apprendre, deft que .

_vous êtes fous la puiffance d’un .grand Génie auquel tout mon pouvoir doit céder. Je vous protégerai autant que je pourrai, les Deftins vous condam\ . .nent a coucher dans la Tour : mais pour adoucir la rigueur

de votre fort, j’ai fait élever ce .

Palaisà côté; les jardins que vous voyez en dépendent , 8: D'iij .‘ '

quoique vouзcouchìez tous les jours da.ns la Tour , il vous fera facile dfen fortir au moyen d’une porre fecrеtte que j’y ai fait ouvrir , afin que vous puifiiez jouir , fans contrainte , des amufemens qu’on aura foin de vous procurer: je iouhaite qu’ils

puiffent' bannir de votre eil.

prit cette fombre trillzeße qui s’y remarque depuis long­tems. J’aurois pu vous inflruirc, chez la Reine de Caílora, des favo­ rabies intentions que je ne cefferai d.’avoir pour contribuer à votre bonheur, fi je n’avois craint que Turbulente, qui ell votre plus cruelle ennemie, ne

. les eût prévenues par quelque

noir complot qui, malgré mon fеcours, vous eût encore acca

[ocr errors]
« AnteriorContinuar »